forsaleSans doute que la FED doit se rendre compte que la perte du pouvoir d'achat, est cause fondamental de la crise de l'immobilier qui pour tant n'est qu'un symptôme !

Joigny samedi 9 février 2008

par Nestor Elias Ramirez Jimenez ou gramophone

Au regard de la crise des SUBPRIMES, les pratiques de crédit bancaire, vont nécessairement changer quant aux garanties autant pour les entreprises que pour les ménages.

Une attention particulière doit se faire sur la solvabilité des créanciers, avec renforcement des prêts hypothécaires dans l'immobilier.

La banque a sans doute tombé d'accord sur un ensemble de détail au sujet des lignes de crédit immobilier, la solvabilité autant des banques que des ménages demandeurs de crédit. Cela autant pour la banque interne aux USA que pour les banques du monde entier.

Systématiquement l'économie dans l'immobilière va subir une drastique réduction, logique si l'on tient compte du nombre de maisons passé dans le passif des banques, issues des expulsions nombreuses de familles non solvables. Il se constitue pour ainsi dire un excédent immobilière, qui par reflex doit faire descendre le prix des maisons, en théorie car les banques vont chercher à graver le montant des assurances, coût de dossier et autres primes pour indaguer les pertes.

L'endurcissement des conditions de crédit immobilier doit se répercuter sur le chiffre d'affaires de manière certaine. Une baisse dans le nombre de potentiels demandeurs de crédit, qui prend origine dans la perte du pouvoir d'achat conjugué avec une attention plus drastique des dossiers