08 février 2009

Parodie de la vie et la mort

Parodie ou plagiat de la vie et la mort
par Gramophone (Nestor Elias Ramirez Jimenez)
joigny, dimanche 8 janvier 2009

Dialogue, (première partie)

Mercure :   Qui est tu ?

Gramophone :   Moi !

Mercure :   Qui, moi ?

Gramophone :   Moi, un illettré, un béotien

Mercure :   Et vous savez parler ?

Gramophone :   Non je m'entraîne !

Mercure :   Insensé ! Vous osez me parler !

Gramophone :   Je me limite à vous répondre !

Mercure :   Hardiesse excessive, cherchez-vous un châtiment ?

Gramophone :   J'aimerais connaître le délit qui me veut une telle sanction ?

Mercure :   Vous êtes riche ou misérable ?

Gramophone :   En tant qu'humain, avec liberté de penser ; Elle est où la relation entre l'argent et la sanction ?

Mercure :   Le fait d'être riche et de surcroît né en France, me donne pleins pouvoirs, sur la vie et sur la mort des misérables ;
et à juger par vôtre accent, des immigrés aussi.

Gramophone :   Fort claire vôtre position, mais dépourvue de raison !

Mercure :   Insulte grave à ma condition. Cela mérite la pendaison.

Gramophone :   Je réponds à des questions. Dois-je perdre ma vie sans jugement ?

Mercure :   C'est moi la justice, parce que la richesse me donne le pouvoir !

Gramophone :   Un pouvoir qui s'impose, n'est pas de la démocratie et moins encor de la justice !

   Des millions de personnes sont tuées, soit par le délit de penser et oser s'exprimer, soit par le délit d'être pauvres ! Car des enfants meurent non pas par pendaison ou la guillotine qui resterait une douce mort, à côté de la mort lente par la faim, ou la maladie, mort en milieu d'horribles souffrances, moi dans mon petit coin, ça ne me regarde pas ! Ce n'est pas moi qui tué ! Ce n'est pas vraiment mon problème; même si les lois parlent des délit du genre "non assistance à personne en danger"; même si la raison dit "que celui qui ne dis rien, autorise" saures-je complice ?


Posté par gramophone à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07 février 2009

La vérité sur l'investissement en France

Le côté obscur devant les projecteurs

hambre1802

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez (gramophone)
joigny samedi 7 février 2009

On prend les classes populaires pour des ignares, mais je crois que le rôle des vrais politiques, consiste à faire une critique constructive, et surtout à montrer la réalité.

Aurélie je compte sur vous pour le dire dans l'hémicycle s'il vous plait et de le redire si nécessaire : il faut que monsieur le "petit Nicolas" arrête de nous prendre pour des C..

S'il vous plaît nous les sans voixs, les misérables, nous ceux qui tombons dans le chômage, surtout pas par notre faute, nous avons grande besoin des parlementaires; pour souligner notre mal être:

En fait l'effort sur les investissements, c'est pour favoriser les entreprises de travaux publics, c'est des gros chantiers, il faut pour cela des équipements en conséquence.

Ce n'est pas en priorité pour les petits artisans !

A qui appartienne en France les plus grandes entreprises de BTP?

Qui affiche un résultat net sur neuf premiers mois 2008 de 1.2 milliards d'euros ?
Qui confirme 32.5 milliards d'euros du CA pour 2008 ?

En tout cas les grands travaux ne sont pas pour des petites structures dans le bâtiment

Il y a sans doute des naïfs ! Il est possible que l'on pense que je mens alors voilà le lien pour aller au site d'une des plus grandes entreprises de france: BOUYGUES!

http://www.bouygues.com/


Posté par gramophone à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 février 2009

JEAN-CLAUDE MAILLY

Il n'y aura pas de nouvel appel à la grève cette semaine. Cela dépend de la position du président de la république

Fillon dit qu'il ne veut pas changer sa politique. Les syndicats "souhaitent" que les déclarations de jeudi soient différentes.

Les revendications sont :

Défense de l'emploi
Valorisation du pouvoir d'achat
Maintien du service public

Les syndicats veulent être entendus et surtout rencontrer le président des français au plus vite, au-delà de l'urgence qu'il montre comme leurs des veux.

Si les réponses attendues par les classes populaires ne sont apportées dans l'immédiat par les responsables politiques et patronaux, le rapport de force doit se traduire par des nouvelles manifestations.

Donc le discours social de jeudi soir reste, le fondement hypothétique de la suite à donner où je dirais même de la tentative des leaders nationaux à canaliser la grogne qui se développe dans les classes populaires.

Les leaders syndicaux auraient l'intention plutôt de se réunir à niveau mondial pour constituer un programme mondial, face à la mondialisation de la rentabilité de capital. Les approches nationaux Gage qu'il n'y ait de manipulation, ni d'un côté, ni de l'autre. Car de toutes manières, nous sommes face à une situation mondiale, est les efforts, d'une nation ainsi celle-ci soit LA France, restent à effet limité et dans le temps et dans la réduction de l'effet sur la société.

Sans volonté opportuniste, sans sectarisme, sans inclinaisons de clivages politiques, l'actualité mondiale ayant des conditions semblables à l'époque des années 1929 à 1933, Reste une erreur majeure que de vouloir des solutions par pays, car le mal est de taille mondiale et même à la taille de l'Europe restent des coups d'épée dans l'eau.

Nous sommes pour l'occasion face à trois variables du problème, les travailleurs, le pouvoir public, et le capital. Le capital reste (et tout le monde le sais) très compact, dans sa volonté, dans sa gestion, dans ses intérêts, le pouvoir public reste plutôt dans la voie de prosélytisme et les travailleurs représentés par des individus qui auraient tendance à adopter le chemin du pouvoir public. En attendant le mal évolue par manque de réelles mesures ou de langue de bois. Les travailleurs ont autant le droit que le capital de s'organiser et plus sérieusement s'il vous plaît.

mardi 3 février 2009 sur rubrique syndicat du forum LE FIGARO

Exonérations de cotisations patronales

Actuellement 31 à 32 milliards d'euros par an est le montant des exonérations aux entreprises, alors conditionner ces exonérations à l'existence d'accords sur le salaire.

Exemples :

Promouvoir les négociations de salaire dans les branches

Relancer la négociation de salaire dans la fonction publique

Faire une vraie prime transport

Juste dans l'aspect emploi.

Sur le salaire, il y a le service public; dans trois grands thèmes, si le président de la république acète de discuter, ou envoie bouler tout le monde.

J'ai cru comprendre ce matin que le président de la république avait fustigé les syndicats qu'étaient partisans d'une relance par la consommation; s'il confirme ça jeudi soir ça va poser des problèmes, il faut que le président de la république apprenne aussi à changer son logiciel.

Augmentation du salaire

Il est demandé un coup de pouce aux SIMIG, le montant étant à discuter, les syndicats ne fixent pas un chiffre exact, pour permettre la concertation.

Conditionner être mise en obstacle parce, le SIMIG ne coûte rien à l'Etat.

Le coût de ces mesures; n'est pas une priorité pour les syndicats, les chiffres, ne prouvent pas Relance par l'investissement non plus !

Quat ou sort de la trésorerie de l'Etat 1 million d'euros pour prêter à DEXIA, quant l'Etat sort deux fois 10.5 milliards pour prêter aux banques, (40 milliards dans le paquet de 360 milliards) l'Etat balance des chiffres et accepte d'augmenter le déficit.

Le problème pour les salariés c'est que quand sa va bien "on peu pas" et quand ça va mal "on peu pas" Y compris sur le raisonnement économique, personne ne sais ce qui va donner la crise, alors comme peut-t-on dire que la relance par la consommation ne peu pas marcher.

D'abord il faut se mettre d'accord sur l'annonce des 26 milliards, l'anticipation des travaux, c'est très bien, mais dans toute mesure du genre structurelle il y a un délai de latence. Beaucoup de personnes reconnaissent que ce plan n'est pas celui qui va permettre de sortir des difficultés.

Quand on veut avancer il faut deux jambes, une jambe sur l'offre et l'investissement, c'est d'accord; mais il faut aussi une jambe sur la consommation, d'autres pays le font, tous les économistes ne dissent pas que la relance par la consommation, favorise fondamentalement l'importation. Attention parce que quand il est fait une relance par l'investissement, les biens d'équipement viennent d'où ? Ça ne vienne pas de la France. On veut une économie ouverte, et après on nous dit acheter français. Il faut être logique, si les gens reçoivent une augmentation, et les plus modestes en particulière, ainsi que les classes moyennes, elles vont consommer plus, une part saurait en bénéfice de l'importation.

Il ne faut pas interdire aux travailleurs d'acheter les produits d'importation et de toutes manières ce n'est pas eux qui les importent, il faut être logique.


Posté par gramophone à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 janvier 2009

Actualité, démocratie et pouvoir économique

Sur l'UMP
par Nestor Elias Ramirez Jimenez
joigny jeudi 22 janvier 2009

La société française, aurait durement critiqué le processus démocratique, via le suffrage adopté par le PS. Cela risque d'être caricatural et clownesque, je dois l'admettre. Je ne crois pas que le césarisme notoire de l'UMP, soit signe notoire de démocratie. Mais d'un système monolithique et pyramidal, d'un règne au sein duquel l'opinion du patron est loi. Que la volonté d'un homme soit imposée, dans un courant politique cela ne me regarde pas! Par contre que ce césarisme débridé vienne empiéter sur le parlement et la constitution supports mêmes de la démocratie et la république, alors cela m'indigne au plus haut degré. Nestor Elias Ramirez Jimenez de Joigny dans Yonne.

Déni de démocratie

Le locataire de l'Elysée, d'abord choisi d'appliquer les lois et en suite de les faire valider, ainsi il oublie l'indépendance des pouvoir qui garantissent les fondements de la république et la démocratie. Cela n'est qu'une insulte majeure non seul au parlement mais à la nation entière, car les parlementaires représentent le peuple.

Sur 15 amendement, au quatrième, un député de l'UMP dit " ça sufi passons au vote" mais c'est quoi ce comportement? C'est dans l'hémicycle qui doit y avoir discussion, un des mots le plus important dans une démocratie.

Je cite pour rappel quelques apparts :

RÈGLEMENT DU SÉNAT

(Novembre 2008)
CHAPITRE PREMIER
Bureau d'âge - Bureau définitif

Article 1er

12. - Si, à l'inverse, le Président a été saisi d'une opposition, il la porte à la connaissance du Sénat qui statue sur sa prise en considération, après un débat où peuvent seuls être entendus un orateur "pour" et un orateur "contre", disposant chacun d'un temps de parole ne pouvant excéder un quart d'heure.

Art. 20 36(*)
1 bis. - La commission saisie au fond se réunit pour examiner les amendements avant l'ouverture de la séance publique au cours de laquelle le Sénat doit en débattre et, s'il y a lieu, avant le passage à la discussion des articles. Dans ce dernier cas, la séance est suspendue pour permettre à la commission de se réunir.

Dans la même voie je vais vous épargner des articles du Chapitre VII du dit règlement et tout particulièrement les articles 44 alinéa 8 et dans la foulé l'article 47 nonies 94 du chapitre VII bis dit des procédures abrégées.

Je dois rappeler que les pouvoir législative, exécutif et judiciaire doivent être indépendants?

Petite chronique sur l'actualité financière

J'aime parler en chiffres, pour une raison simple, tout le monde est en mesure de constater par le volume, ou la magnitude.

Par malheur, dans le phénomène actuel, la magnitude est si grande que le béotien lambda comme moi reste éberlué devant la taille des chiffres.

Tous ces milliards, dira quelqu'un ici ? À côté du salaire SMIC !

Pour parler simple, les nations entrent dans le jeu du système, mais ce ne plus de l'argent au titre fiduciaire que le béotien connais

C'est assez compliqué : Système monétaire international, parler du gold standard, de juillet 1944 et de la conférence de Bretton Woods. Les DTS et quote-part du FMI, pour arriver au 15 août 1971, une date importante parmi d'autres dans l'évolution d'un système sans loi véritable.

Il faut savoir que les sommes mentionnes ne sont pas 100% des billets de banque, mais des obligations, des titres du trésor pour les USA, par exemple, et pour le cas de la France, nous sommes alors dans le besoin d'aller voir la Banque de France, et c'est alors que vous devez aborder la Caisse de Dépôt et Consignation. Car a travers de cet organisme circule beaucoup d'argent. C'est juste mettre les pieds dans l'étrier, les doigts dans un engrainage…

Mes plus sincères excuses si le message ne passe pas; le petit exemple de la banque et du trader n'est qu'une manière de souligner le bénéfice qui fait une banque. En théorie 6,9 milliards d'euros de bénéfices pour la SG en 2008. C'est-à-dire ¾ du déficit de la sécurité sociale en gros.

Le plan de 360 Md€ correspond à 14,25% d'un groupe constitué par Les USA avec 75,77% des MD€, qui s'approche des chiffes avancés par des spécialistes de la finance qui parlent de 2500 à 3000 MD€, (je me suis limité à additionner les valeurs publiés pour: Les USA, La France, UK, Germany, et Irlande) pour arriver à une somme qui fait froid dans le dos.

Alors pour rendre digérable une telle somme, je prends la valeur X en MD€, que je divise par 1321 € qui est le montant du SMIC, (je ne connais pas combien gagne une personne au SMIC brut!) cela donne encore une valeur énorme alors cette valeur je la divise par 12 ou nombre des mois d'une année cela devienne raisonnable 159 324 250 années de salaire au SMIC qui les gouvernements de 5 nations ont mise à disposition de la nébuleuse des finances

Le pipi de chat est donc l'équivalent de 3/4 du déficit de la sécurité sociale...Il faut bien que nous en parlons, comment il faut se souvenir du discours du premier ministre en Corse disant, les caisses sont vides! Restons gentils, sans parler d'augmentations décrété de salaire des ministres et la transparence du salaire de monsieur…

Citations où je semble avoir tort vis-à-vis de l'écriture en français sans le moindre doute, étant donné que ce n'est pas ma langue maternelle :

quelques sujets publiés dans le forum indices pour les consulter:

ET L'AVENIR ALORS ? Expéditeur: gramophone Date d'envoi: 16/10/2008 20:43:11 au forum: Politique économique
Merci Sagres! Voilà un dessin! Expéditeur: gramophone Date d'envoi: 06/05/2005 10:08:39 au forum: Politique économique
LA VRAI TVA SOCIALE Expéditeur: gramophone Date d'envoi:   14/06/2007 23:12:52 au forum : Politique économique


Posté par gramophone à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 janvier 2009

Quand l'Etat devient un clown

Chronique sue la carence de raison avatarmoicravatte
joigny France samedi 10 de janvier 2009
par Nestor Elias Ramirez Jimenez

A travers l'histoire de l'humanité il y a eu une prééminence des nantis. Quel qu'il soit le strate social, il y a toujours l'attirance pour le pouvoir, le bien être et la domination.

Grâce à des règles établis, par les humains, pour tant; le pouvoir et le bien être, restent possibles pour une minorité ou noblesse.

L'Etat devient un clown

Avec l'évolution du temps, l'histoire nous montre une division au sein de la bourgeoisie. Cette division montre que le pouvoir s'éloigne vertigineusement des affaires de la société. Dis de manière simple la politique devienne orpheline du pouvoir.

Le royaume de l'égoïsme

Le pouvoir se caractérise par des rites et coutumes, l'adoration mystique et fanatique fait partie des règles des hautes sphères du pouvoir. La doctrine basique tende à glorifier ave extravagance un totem, qui change en fonction du temps, de la procession de esclaves, à la procession de terres, de pierres précieuses, jusqu'à la vénération de la monnaie. L'être humain trouve à travers la richesse, une sorte de moyen d'atteindre le moindre désir.

A première vu, dans cette passion fanatique de l'argent il n'y a rien de mauvais, si c'est ne que la bifurcation entre pouvoir et politique génère par l'orphelinat de la république et les intérêts de la société; des contraintes qui débutent sur la forme d'insatisfaction, qui se transforme avec le temps dans des manifestations ou symptômes plus graves (ample gamme de formes de délinquance, violences jusqu'au terrorisme)

L'histoire en juge: plaidoyer pour l'humanisme

Le nombre d'exemples reste prolifique quant aux anonymes pour l'histoire, parmi ceux, des êtres humains pour qui le but aurait resté aussi banal pour l'histoire de l'humanité que significatif en richesse et ostentation éphémère.

Seul restent inscrits dans l'histoire avec des lettres graves dans la conscience collective, les hommes et femmes dotés d'altruisme, des êtres magnanimes, à côte bien entendu des plus tristement célèbres dictateurs et inhumains; il semble à ce stade nullement nécessaire une quelconque apologie des régimes extrémistes, satures d'irrationnel sectarisme. Qui brillent pour l'aliénation et l'esclavage intellectuel, plus proches de la cohésion par l'affinité forcée des consciences que l'harmonie sociale par la recherche de bien être collectif. J'insiste ici sur les fondements de la pensée des pères de la connaissance et la démocratie, appliqué dans la Grèce trois ou quatre siècles déjà avant nous "éminents hommes politiques". Fous furieux du pouvoir sous le masque de la solidarité et investis par erreur leur du scrutin, sans la moindre idée de la République, la démocratie et ses fondements.

Les politiques devenus bouffons du tout puissant "roi argent"

Qui cherchent à donner une image illusoire d'un pouvoir donc ils ne disposent plus. Dans une volonté de mimétisme ersatz avec les sphères du pouvoir économique. Attesté par exemple lors de l'empressement dans l'adoption de la politiqué au secours du milieu abscons des finances. La société doit en réponse établir un procès de carence de la puissance des nations face au rouleau compresseur de la puissance du commerce de l'argent.


Posté par gramophone à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 décembre 2008

Affaire de souveraineté

Affaire de souveraineté

Le président de la France, doit demander autorisation à une autre nation pour faire l'agenda et éditer la liste de personnalités à fréquenter?

Le prix Nobel de la paix est donné à des délinquants peut-être, en tout cas le gouvernement de la chine, met en cause non seul la souveraineté de la France me le titre du prix Nobel en tant qu'institution.

La diplomatie française, doit faire quoi ?

La fermer au nom des "miettes" que la balance commerciale pourrait apporter?

Ou exprimer sont plus profond désaccord avec un acte qui montre si besoin est le Piettre état idéologique, culturel des membres du gouvernement Chinois.

Car le peuple de Chine, dans une culture de "meute" risque de se laisser convaincre des charges contre la production française, dans un monde où le nationalisme semble à fleur de peau.

Madame Angela Merkel a bien rencontrait le noble homme "prix Nobel de la paix" et alors! Ils ont fait quoi? Le gouvernement chinois, n'a rien à dire dans ce sujet.

La France n'est pas une province de Chine que je sache, ou j'ai très mal apprise la géographie alors.

Quant aux septes et religions, il me semble que dans un contexte social de misère intellectuel, de souffrance, d'atteinte, désespoir le citoyen lambda se trouve affaibli, comme dans certains situations d'échec professionnel, personnel, (cas de licenciement, de divorce, de perte des êtres proches) et a tendance à rechercher dans des groupes de tout genre un salut que l'état laïque et démocratique n'est pas en mesure de lui offrir.

Quant à la valeur morale et historique du bouddhisme, elle à le droit de citer, d'exister au même titre que d'autres philosophies et religions, car dans cette diversité, l'humanité doit trouver plus une richesse qu'une faiblesse. Bannir une religion avec tant d'adeptes, reste une erreur devant l'histoire et la richesse culturelle de l'humanité.


Posté par gramophone à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 novembre 2008

Chronique sur le Parti Socialiste

Chronique sur le Parti Socialiste

1. Les critiques

2. L'information

3. L'idéologie

1. LES CRITIQUES

Les médiats font écho de nombreuses critiques, sur la présence de trois candidats à la succession du secrétaire national du parti.

D'autre part bon nombre de politiques (sénateurs, parlementaires, etc.) de tous les clivages; s'aventurent à critiquer l'absence d'une personne au dessus de la mêlée.

Même des citoyens issus d'autres courants politiques avancent une opinion en escalade ou concurrence vers la plus mauvaise image du P.S.

Cela me fais croire qu'il y a une sorte de concurrence publicitaire pour celui ou celle qui trouve l'image la plus mauvaise du parti en question.

Certains journalistes et même des spécialistes de la politique pour qui j'ai jusqu'à maintenant un certain respect, entrent en concurrence dans cette escalade.

Que-ce que je dois penser ?

Fondamentalement pour l'image d'un partie que l'on s'attroupe à designer comme décadent, tant d'agitation médiatique me pousse à m'interroger sur la motivation des détracteurs et faux analystes. S'il s'agissait d'une partie en fin de vie, il me semble qu'il aurait moins de publicité! Un parti en fin de vie susciterait moins d'intérêt!

En particulier de la part des personnes issues d'autres courants politiques, personnellement je me tiens à l'écart du quotidien de personnes (des bruit du couloir) avec qui je ne sympathise pas. Sauf, si j'envie de dénigrer, que cela tiens, ma vision du monde et mon éducation m'interdissent un tel comportement surtout quand je n'ai pas des arguments solides et moins encore si la situation ne risque pas de m'affecter dans ma personne, physique et morale.

2. L'INFORMATION

L'information de nous jours reste sous forme très diversifié, au point qu'il est difficile pour le citoyen lambda de faire le tri entre les sources. C'est alors que bon nombre de phénomènes propres à la communication acquièrent une importance capitale.

L'information étant dans sa plus simple expression (pédagogie) un processus de communication, nous avons trois éléments définis par des études (méthodologie) scientifiques qui sont : l'émetteur, le message et le récepteur.

2.1 L'EMETTEUR

Pour analyser un message ces trois éléments sont indispensables; dans les faits lorsque je reçois un message je dois identifier l'émetteur, c'est-à-dire, vérifier, si le message arrive en direct de la source.

Pour quoi?

Un message traité par plusieurs personnes, perd progressivement sa valeur, se transformé et fini par être pollué, maquillait, transfiguré, c'est-à-dire modifié au point de perdre son identité ou sa véracité.

2.2 LE MESSAGE

Un message en soit pour être vrai, doit présenter des caractéristiques, qui le donnent leur authenticité. Quand je ne suis pas l'auteur d'un message, une fois de plus sa valeur est dénaturé voir travestie, par différentes raisons.

Il y a un milieu dans lequel le message est transmis (pédagogie) par exemple j'écris un message, en manuscrit, et l'encre utilisé s'altère avec l'eau, en espèce, le message est pollué, et risque d'être illisible par la suite.

Le milieu (le médiat) est donc un élément intrinsèque au message, des phénomènes divers peuvent altérer le contenu du message, la radio, la télévision, les journaux papier, internet sont des milieux (médiats) qui sont saturés d'obstacles et de sources de pollution pur et simple d'un message. Chaque être humain de par sa conception personnel (personnalité) traite involontairement l'information en faisant un tri, qui peut modifier ou changer le contenu original d'un message.

2.3 LE RECEPTEUR

Nous venons de voir deux éléments (voir trois avec le milieu) le récepteur d'un message doit démoduler (électricité) transformer un message (pédagogie) quand je prends une lettre d'un être proche, je dois la lire et transposer les mots ayant été écrits en idées par la lecture; j'appréhende le message, c'est un procès d'acquisition qui une fois de plus dépend intégralement de la personne qui li. (Les ondes électromagnétiques sont captés par des bobines, condensateurs, potentiomètres pour les transformer en image ou son) certains spécialistes classent le processus en modulation et démodulation

(Pédagogie)

Quand j'écris je module je transforme en phrases écrites mes idées par le biais des signes (lettres, d'un alphabet, ponctuassions, la langue, etc.) en tant qu'émetteur; ensuite le récepteur doit partager avec moi la culture, la langue pour interpréter mon message. Au point que même si le récepteur est très intelligent mais ne partage pas ma culture notamment ma langue, il ne peut pas interpréter ma pensée.

Dans notre sujet, je ne vais pas aller jusqu'à dire que les français soient des citoyens lambda, des quidams tous, mais reste malgré cela le doute de la pollution d'un message.

Je n'ai pas, l'information, je ne maîtrise pas les médiats, mais dans le fonds, je sens que dans la communication sur le P.S. Se trouve un nombre croissant de facteurs qui polluent, qui faussent l'information. Phénomène amplifié à partir de tous les médiats confondus. Ce phénomène se trouve amplifié aussi par des membres à niveau très élevé dans la hiérarchie de ce courant politique.

2.4 Conclusion

Personnellement, pour moi, l'élection d'un secrétaire du parti par la voie démocratique, signifie sans intention de dénigrer plusieurs choses :

L'importance de la démocratie au sein du groupe politique en question, car la désignation est laissait par l'scrutant à la responsabilité des électeurs.

3. Idéologie

La présence et la diversité d'idées, reste la preuve d'une mouvance (la vie), preuve d'activité, le débat d'idées au paroxysme est un signal marquant un courant à l'écart des conciliabules sur le dos des militants.

Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone

Joigny mardi 18 novembre 2008


Posté par gramophone à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 novembre 2008

DEMOCRATIE EN DANGER

Joigny dimanche 16 novembre 2008
Par Nestor Elias Ramirez Jimenez GRAMOPHONE

La démocratie

Ce n'est pas un mot, une définition étymologique ou une conception personnelle, c'est un concept qui se trouve fragilisé par l'ambition et l'égoïsme d'une minorité.

Avertissement

La démocratie de nous jours est ternie par le lobbying, de minorités dans le monde.

Il me semble que l'heure est propice pour en parler, puisque le groupe politique au quel vous lecteurs semblait appartenir, vienne de donner un exemple fort et sévère de démocratie.

Le poste de premier secrétaire, n'est pas en soit le but mais le poste de candidat pour 2012, je vais encore plus loin, le destin d'un pays reste un enjeu suffisamment important, pour que chacun y prenne sa responsabilité.

D'ailleurs, le destin d'un pays ne se défini de nous jours à l'intérieur de celui-ci, mais dans d'autres cercles, le monde des finances, n'a pas de siège sociale dans un pays, une ville, et pour tant reste un univers puissant. Quelque soit le ou la future président(e) de la France; l'univers secret des finances reste un monstre aux mille têtes.

Le président du pays noyau de ce système, viens de tracer les grandes lignes, de ce qui saurait accepté pour le reste de chefs d'état du monde : la liberté du marché.

Je doute que 80% d'entre nous, auront conscience de la portée de cette définition. Car dans les traites et les définitions nous sommes en réalités très distantes de la réalité du terrain.

La liberté du marché mondiale, se traduit par la concentration du pouvoir dans les mains d'une petite minorité de personnes dans le monde et en conséquence; à cette infime minorité de personnes reviens la liberté de gagner plus d'argent sur le dos de la transformation de la matière par la valeur ajouté et le travail des salariés, grâce à des montages et calculs sur des variables donc seul "cette minorité" dispose de la connaissance.

J'ai l'intime conviction, que la seule manière de renverser la situation, risque de faire très mal, à l'humanité entière, et pour cela je lance l'appel solennel aux intellectuels sans barrières sectaires ni clivages politiques, pour établir des vraies règles, pour une société juste avant de tomber dans un terrain de non retour; l'insatisfaction de milliards de personne sur la terre est un signale qui présente des risques très graves pour l'harmonie et la paix, et pas qu'en France.


Posté par gramophone à 08:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,