22 janvier 2009

Actualité, démocratie et pouvoir économique

Sur l'UMP
par Nestor Elias Ramirez Jimenez
joigny jeudi 22 janvier 2009

La société française, aurait durement critiqué le processus démocratique, via le suffrage adopté par le PS. Cela risque d'être caricatural et clownesque, je dois l'admettre. Je ne crois pas que le césarisme notoire de l'UMP, soit signe notoire de démocratie. Mais d'un système monolithique et pyramidal, d'un règne au sein duquel l'opinion du patron est loi. Que la volonté d'un homme soit imposée, dans un courant politique cela ne me regarde pas! Par contre que ce césarisme débridé vienne empiéter sur le parlement et la constitution supports mêmes de la démocratie et la république, alors cela m'indigne au plus haut degré. Nestor Elias Ramirez Jimenez de Joigny dans Yonne.

Déni de démocratie

Le locataire de l'Elysée, d'abord choisi d'appliquer les lois et en suite de les faire valider, ainsi il oublie l'indépendance des pouvoir qui garantissent les fondements de la république et la démocratie. Cela n'est qu'une insulte majeure non seul au parlement mais à la nation entière, car les parlementaires représentent le peuple.

Sur 15 amendement, au quatrième, un député de l'UMP dit " ça sufi passons au vote" mais c'est quoi ce comportement? C'est dans l'hémicycle qui doit y avoir discussion, un des mots le plus important dans une démocratie.

Je cite pour rappel quelques apparts :

RÈGLEMENT DU SÉNAT

(Novembre 2008)
CHAPITRE PREMIER
Bureau d'âge - Bureau définitif

Article 1er

12. - Si, à l'inverse, le Président a été saisi d'une opposition, il la porte à la connaissance du Sénat qui statue sur sa prise en considération, après un débat où peuvent seuls être entendus un orateur "pour" et un orateur "contre", disposant chacun d'un temps de parole ne pouvant excéder un quart d'heure.

Art. 20 36(*)
1 bis. - La commission saisie au fond se réunit pour examiner les amendements avant l'ouverture de la séance publique au cours de laquelle le Sénat doit en débattre et, s'il y a lieu, avant le passage à la discussion des articles. Dans ce dernier cas, la séance est suspendue pour permettre à la commission de se réunir.

Dans la même voie je vais vous épargner des articles du Chapitre VII du dit règlement et tout particulièrement les articles 44 alinéa 8 et dans la foulé l'article 47 nonies 94 du chapitre VII bis dit des procédures abrégées.

Je dois rappeler que les pouvoir législative, exécutif et judiciaire doivent être indépendants?

Petite chronique sur l'actualité financière

J'aime parler en chiffres, pour une raison simple, tout le monde est en mesure de constater par le volume, ou la magnitude.

Par malheur, dans le phénomène actuel, la magnitude est si grande que le béotien lambda comme moi reste éberlué devant la taille des chiffres.

Tous ces milliards, dira quelqu'un ici ? À côté du salaire SMIC !

Pour parler simple, les nations entrent dans le jeu du système, mais ce ne plus de l'argent au titre fiduciaire que le béotien connais

C'est assez compliqué : Système monétaire international, parler du gold standard, de juillet 1944 et de la conférence de Bretton Woods. Les DTS et quote-part du FMI, pour arriver au 15 août 1971, une date importante parmi d'autres dans l'évolution d'un système sans loi véritable.

Il faut savoir que les sommes mentionnes ne sont pas 100% des billets de banque, mais des obligations, des titres du trésor pour les USA, par exemple, et pour le cas de la France, nous sommes alors dans le besoin d'aller voir la Banque de France, et c'est alors que vous devez aborder la Caisse de Dépôt et Consignation. Car a travers de cet organisme circule beaucoup d'argent. C'est juste mettre les pieds dans l'étrier, les doigts dans un engrainage…

Mes plus sincères excuses si le message ne passe pas; le petit exemple de la banque et du trader n'est qu'une manière de souligner le bénéfice qui fait une banque. En théorie 6,9 milliards d'euros de bénéfices pour la SG en 2008. C'est-à-dire ¾ du déficit de la sécurité sociale en gros.

Le plan de 360 Md€ correspond à 14,25% d'un groupe constitué par Les USA avec 75,77% des MD€, qui s'approche des chiffes avancés par des spécialistes de la finance qui parlent de 2500 à 3000 MD€, (je me suis limité à additionner les valeurs publiés pour: Les USA, La France, UK, Germany, et Irlande) pour arriver à une somme qui fait froid dans le dos.

Alors pour rendre digérable une telle somme, je prends la valeur X en MD€, que je divise par 1321 € qui est le montant du SMIC, (je ne connais pas combien gagne une personne au SMIC brut!) cela donne encore une valeur énorme alors cette valeur je la divise par 12 ou nombre des mois d'une année cela devienne raisonnable 159 324 250 années de salaire au SMIC qui les gouvernements de 5 nations ont mise à disposition de la nébuleuse des finances

Le pipi de chat est donc l'équivalent de 3/4 du déficit de la sécurité sociale...Il faut bien que nous en parlons, comment il faut se souvenir du discours du premier ministre en Corse disant, les caisses sont vides! Restons gentils, sans parler d'augmentations décrété de salaire des ministres et la transparence du salaire de monsieur…

Citations où je semble avoir tort vis-à-vis de l'écriture en français sans le moindre doute, étant donné que ce n'est pas ma langue maternelle :

quelques sujets publiés dans le forum indices pour les consulter:

ET L'AVENIR ALORS ? Expéditeur: gramophone Date d'envoi: 16/10/2008 20:43:11 au forum: Politique économique
Merci Sagres! Voilà un dessin! Expéditeur: gramophone Date d'envoi: 06/05/2005 10:08:39 au forum: Politique économique
LA VRAI TVA SOCIALE Expéditeur: gramophone Date d'envoi:   14/06/2007 23:12:52 au forum : Politique économique


Posté par gramophone à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 janvier 2009

La vérité si je mens

composition

La vérité si je mens, une caricature de la réalité française quelque fois une image veut plus que mille mots.

Posté par gramophone à 12:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 janvier 2009

CHAPEAU BAS A L'ARTISTE

"Chapeau bas à l'artiste"

Je viens de trouver un commentaire d'une importance capital, d'une profondeur idéologique sans égale, donc je vais abuser de la qualité philanthropique de l'auteur, qui j'aimerais mieux présenter dès que j'aurais plus de détail.

TITRE : L'indécence, mal du siècle ?
Auteur : (anonyme, ou pseudonyme) CHRIS
Lien Internet : http://aureliefilippetti.free.fr/index.php?post/2008/12/24/Joyeux-Noel-et-bonnes-fetes&pub=0#pr
Date de publication : Le vendredi 26 décembre 2008, à 16h51
Ordre temporaire de parution ou item : 3

Il y a pire que tout... Il y a toujours pire que le pire... En cette année 2008 finissante, me reviennent en mémoire quelques souvenirs de lectures, de choses vues et entendues, souvent sans le vouloir... Oui, l'avez-vous remarqué ?

Jadis, nous allumions la radio, la télévision, ouvrions un journal et tous ces gestes "magiques" étaient des actes volontaires, choisis. La soirée s'organisait autour de tel film, de telle émission... Le journal s'étalait sur la table de la cuisine recouverte d'une toile cirée... Le chat dormait sur un fauteuil, celui du Grand-père quand il venait encore à la maison...

Aujourd'hui, c'est la télévision, la radio, les titres étalés qui s'imposent à nous. Ils nous "allument" presque.

Le téléspectateur, l'auditeur, le lecteur, s'il n'est pas éduqué, s'il n'est pas éclairé, se laisse alors sans même s'en rendre compte happer, engloutir, enfermer dans des torrents d'images, de sons et de textes dont 80% sont d'une rare indigence, d'une absolue indécence...

L'indécence des titres racoleurs qu'on lit en passant vite, en remontant son col car les courants d'air sont terribles dans les couloirs du métro, avant de rejoindre le bureau. L'indécence d'émissions de télévision quand le crétinisme le dispute au voyeurisme.

Il suffit de réunir quelques invités ayant "une actualité", c'est à dire ayant quelque chose à vendre, de les faire réagir en se moquant de tout

Y compris du téléspectateur qui lui ne se doute de rien, de les faire se disputer très artificiellement puis, sans avoir construit le moindre début de réflexion, sans avoir abouti à aucune proposition, le présentateur-vedette car la vedette c'est lui, conclut par une pirouette avant la publicité et un feuilleton cathodique maintenant l'audimat à flot. Il n'y a d'ailleurs plus que l'audimat qui soit à flot... Le reste est noyé depuis longtemps dans l'indécence de croire que le téléspectateur, l'auditeur, le lecteur est le dernier des imbéciles ; auquel il suffirait de donner quelques miettes pour que, tels les pigeons des Jardins du Luxembourg, ils viennent consommer sa pitance quotidienne d'imbécillités et de crétinisme.

Je n'ose dire ici quelques mots des émissions dites de "variétés". Mes propos pourraient dépasser des limites que ces mêmes émissions pourtant ont très largement outrepassées. De même les radios, dites "libres" il y a quelques années -les années Mitterrand"- et devenues prisonnières plus encore que sous de Gaulle. Elles déversent des "sons" au kilomètre, des propos sans autre objectif que de coller l'adolescent au "poste" et de le pousser à consommer... A lui aussi, quelques miettes quotidiennes...

Et tout cela recouvre indécemment le génie toujours vivace de ce pays, ce pays qui préfère Angot à Le Clézio... Tout est dit dans ce comble de l'indécence...

Comment peut-on préférer Zemmour à un Jean-Claude Guillebaud?

Comment peut-on se passer d'une Florence Aubenas, remarquable plume journalistique pour lui préférer Eric Nolleau?

Comment peut-on interviewer sur TOUTES les chaînes un Bernard Tapie, théâtreux poussif, acteur d'une rare nullité et délaisser tous ces anonymes du vrai spectacle vivant?

Les délaisser à les laisser crever de faim!!! Comment peut-on laisser une Arlette Chabot interroger les puissants avec une prudence presque douteuse quand un Julliard (du Nouvel Obs! Pas le nôtre!), voire un Laurent Joffrin d'il y a quelques mois -sa remise en place, indécente, par le Président de la République lors d'une conférence de presse de sinistre mémoire pour lui l'a profondément changé- seraient plus percutants?

Comment peut-on laisser, sans mot dire, ces fielleux, ces moqueurs de bas étage, ces caricaturistes qui insultent Daumier, ces menteurs parfois faire la pluie et le beau temps, tous complices, toujours les mêmes, usant de leur jeton de présence sur les plateaux où ils s'invitent?

Comment peut-on laisser l'indécence prendre le pas sur l'intelligence partagée ? Il y a là des sujets de révolte, de "saines colères", de profondes inquiétudes aussi. Car c'est l'indécence qui triomphe aujourd'hui et par-là, c'est l'intelligence et la beauté qui meurent... A celà, un seul remède qui soit à ma modeste portée :

Le dire, l'écrire, le hurler et souhaiter que d'un cri naisse la conviction qu'il faut en finir, vite, avec l'indécence qui voudrait faire de nous des imbéciles irréfléchis... Qui voudrait faire de nous des consommateurs passifs... Qui voudrait faire de nous d'obéissants toutous... Qui voudrait faire de nous des électeurs dociles... Qui voudraient faire de nous des cerveaux éteints... Qui voudraient faire de nous des lecteurs aveugles, des auditeurs sourds, des spectateurs toujours admiratifs et d'accord...

Au secours ! Je n'en peux plus !

chris
www.profencampagne.com

Posté par gramophone à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 janvier 2009

Quand l'Etat devient un clown

Chronique sue la carence de raison avatarmoicravatte
joigny France samedi 10 de janvier 2009
par Nestor Elias Ramirez Jimenez

A travers l'histoire de l'humanité il y a eu une prééminence des nantis. Quel qu'il soit le strate social, il y a toujours l'attirance pour le pouvoir, le bien être et la domination.

Grâce à des règles établis, par les humains, pour tant; le pouvoir et le bien être, restent possibles pour une minorité ou noblesse.

L'Etat devient un clown

Avec l'évolution du temps, l'histoire nous montre une division au sein de la bourgeoisie. Cette division montre que le pouvoir s'éloigne vertigineusement des affaires de la société. Dis de manière simple la politique devienne orpheline du pouvoir.

Le royaume de l'égoïsme

Le pouvoir se caractérise par des rites et coutumes, l'adoration mystique et fanatique fait partie des règles des hautes sphères du pouvoir. La doctrine basique tende à glorifier ave extravagance un totem, qui change en fonction du temps, de la procession de esclaves, à la procession de terres, de pierres précieuses, jusqu'à la vénération de la monnaie. L'être humain trouve à travers la richesse, une sorte de moyen d'atteindre le moindre désir.

A première vu, dans cette passion fanatique de l'argent il n'y a rien de mauvais, si c'est ne que la bifurcation entre pouvoir et politique génère par l'orphelinat de la république et les intérêts de la société; des contraintes qui débutent sur la forme d'insatisfaction, qui se transforme avec le temps dans des manifestations ou symptômes plus graves (ample gamme de formes de délinquance, violences jusqu'au terrorisme)

L'histoire en juge: plaidoyer pour l'humanisme

Le nombre d'exemples reste prolifique quant aux anonymes pour l'histoire, parmi ceux, des êtres humains pour qui le but aurait resté aussi banal pour l'histoire de l'humanité que significatif en richesse et ostentation éphémère.

Seul restent inscrits dans l'histoire avec des lettres graves dans la conscience collective, les hommes et femmes dotés d'altruisme, des êtres magnanimes, à côte bien entendu des plus tristement célèbres dictateurs et inhumains; il semble à ce stade nullement nécessaire une quelconque apologie des régimes extrémistes, satures d'irrationnel sectarisme. Qui brillent pour l'aliénation et l'esclavage intellectuel, plus proches de la cohésion par l'affinité forcée des consciences que l'harmonie sociale par la recherche de bien être collectif. J'insiste ici sur les fondements de la pensée des pères de la connaissance et la démocratie, appliqué dans la Grèce trois ou quatre siècles déjà avant nous "éminents hommes politiques". Fous furieux du pouvoir sous le masque de la solidarité et investis par erreur leur du scrutin, sans la moindre idée de la République, la démocratie et ses fondements.

Les politiques devenus bouffons du tout puissant "roi argent"

Qui cherchent à donner une image illusoire d'un pouvoir donc ils ne disposent plus. Dans une volonté de mimétisme ersatz avec les sphères du pouvoir économique. Attesté par exemple lors de l'empressement dans l'adoption de la politiqué au secours du milieu abscons des finances. La société doit en réponse établir un procès de carence de la puissance des nations face au rouleau compresseur de la puissance du commerce de l'argent.


Posté par gramophone à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 décembre 2008

Affaire de souveraineté

Affaire de souveraineté

Le président de la France, doit demander autorisation à une autre nation pour faire l'agenda et éditer la liste de personnalités à fréquenter?

Le prix Nobel de la paix est donné à des délinquants peut-être, en tout cas le gouvernement de la chine, met en cause non seul la souveraineté de la France me le titre du prix Nobel en tant qu'institution.

La diplomatie française, doit faire quoi ?

La fermer au nom des "miettes" que la balance commerciale pourrait apporter?

Ou exprimer sont plus profond désaccord avec un acte qui montre si besoin est le Piettre état idéologique, culturel des membres du gouvernement Chinois.

Car le peuple de Chine, dans une culture de "meute" risque de se laisser convaincre des charges contre la production française, dans un monde où le nationalisme semble à fleur de peau.

Madame Angela Merkel a bien rencontrait le noble homme "prix Nobel de la paix" et alors! Ils ont fait quoi? Le gouvernement chinois, n'a rien à dire dans ce sujet.

La France n'est pas une province de Chine que je sache, ou j'ai très mal apprise la géographie alors.

Quant aux septes et religions, il me semble que dans un contexte social de misère intellectuel, de souffrance, d'atteinte, désespoir le citoyen lambda se trouve affaibli, comme dans certains situations d'échec professionnel, personnel, (cas de licenciement, de divorce, de perte des êtres proches) et a tendance à rechercher dans des groupes de tout genre un salut que l'état laïque et démocratique n'est pas en mesure de lui offrir.

Quant à la valeur morale et historique du bouddhisme, elle à le droit de citer, d'exister au même titre que d'autres philosophies et religions, car dans cette diversité, l'humanité doit trouver plus une richesse qu'une faiblesse. Bannir une religion avec tant d'adeptes, reste une erreur devant l'histoire et la richesse culturelle de l'humanité.


Posté par gramophone à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 novembre 2008

Chronique sur le Parti Socialiste

Chronique sur le Parti Socialiste

1. Les critiques

2. L'information

3. L'idéologie

1. LES CRITIQUES

Les médiats font écho de nombreuses critiques, sur la présence de trois candidats à la succession du secrétaire national du parti.

D'autre part bon nombre de politiques (sénateurs, parlementaires, etc.) de tous les clivages; s'aventurent à critiquer l'absence d'une personne au dessus de la mêlée.

Même des citoyens issus d'autres courants politiques avancent une opinion en escalade ou concurrence vers la plus mauvaise image du P.S.

Cela me fais croire qu'il y a une sorte de concurrence publicitaire pour celui ou celle qui trouve l'image la plus mauvaise du parti en question.

Certains journalistes et même des spécialistes de la politique pour qui j'ai jusqu'à maintenant un certain respect, entrent en concurrence dans cette escalade.

Que-ce que je dois penser ?

Fondamentalement pour l'image d'un partie que l'on s'attroupe à designer comme décadent, tant d'agitation médiatique me pousse à m'interroger sur la motivation des détracteurs et faux analystes. S'il s'agissait d'une partie en fin de vie, il me semble qu'il aurait moins de publicité! Un parti en fin de vie susciterait moins d'intérêt!

En particulier de la part des personnes issues d'autres courants politiques, personnellement je me tiens à l'écart du quotidien de personnes (des bruit du couloir) avec qui je ne sympathise pas. Sauf, si j'envie de dénigrer, que cela tiens, ma vision du monde et mon éducation m'interdissent un tel comportement surtout quand je n'ai pas des arguments solides et moins encore si la situation ne risque pas de m'affecter dans ma personne, physique et morale.

2. L'INFORMATION

L'information de nous jours reste sous forme très diversifié, au point qu'il est difficile pour le citoyen lambda de faire le tri entre les sources. C'est alors que bon nombre de phénomènes propres à la communication acquièrent une importance capitale.

L'information étant dans sa plus simple expression (pédagogie) un processus de communication, nous avons trois éléments définis par des études (méthodologie) scientifiques qui sont : l'émetteur, le message et le récepteur.

2.1 L'EMETTEUR

Pour analyser un message ces trois éléments sont indispensables; dans les faits lorsque je reçois un message je dois identifier l'émetteur, c'est-à-dire, vérifier, si le message arrive en direct de la source.

Pour quoi?

Un message traité par plusieurs personnes, perd progressivement sa valeur, se transformé et fini par être pollué, maquillait, transfiguré, c'est-à-dire modifié au point de perdre son identité ou sa véracité.

2.2 LE MESSAGE

Un message en soit pour être vrai, doit présenter des caractéristiques, qui le donnent leur authenticité. Quand je ne suis pas l'auteur d'un message, une fois de plus sa valeur est dénaturé voir travestie, par différentes raisons.

Il y a un milieu dans lequel le message est transmis (pédagogie) par exemple j'écris un message, en manuscrit, et l'encre utilisé s'altère avec l'eau, en espèce, le message est pollué, et risque d'être illisible par la suite.

Le milieu (le médiat) est donc un élément intrinsèque au message, des phénomènes divers peuvent altérer le contenu du message, la radio, la télévision, les journaux papier, internet sont des milieux (médiats) qui sont saturés d'obstacles et de sources de pollution pur et simple d'un message. Chaque être humain de par sa conception personnel (personnalité) traite involontairement l'information en faisant un tri, qui peut modifier ou changer le contenu original d'un message.

2.3 LE RECEPTEUR

Nous venons de voir deux éléments (voir trois avec le milieu) le récepteur d'un message doit démoduler (électricité) transformer un message (pédagogie) quand je prends une lettre d'un être proche, je dois la lire et transposer les mots ayant été écrits en idées par la lecture; j'appréhende le message, c'est un procès d'acquisition qui une fois de plus dépend intégralement de la personne qui li. (Les ondes électromagnétiques sont captés par des bobines, condensateurs, potentiomètres pour les transformer en image ou son) certains spécialistes classent le processus en modulation et démodulation

(Pédagogie)

Quand j'écris je module je transforme en phrases écrites mes idées par le biais des signes (lettres, d'un alphabet, ponctuassions, la langue, etc.) en tant qu'émetteur; ensuite le récepteur doit partager avec moi la culture, la langue pour interpréter mon message. Au point que même si le récepteur est très intelligent mais ne partage pas ma culture notamment ma langue, il ne peut pas interpréter ma pensée.

Dans notre sujet, je ne vais pas aller jusqu'à dire que les français soient des citoyens lambda, des quidams tous, mais reste malgré cela le doute de la pollution d'un message.

Je n'ai pas, l'information, je ne maîtrise pas les médiats, mais dans le fonds, je sens que dans la communication sur le P.S. Se trouve un nombre croissant de facteurs qui polluent, qui faussent l'information. Phénomène amplifié à partir de tous les médiats confondus. Ce phénomène se trouve amplifié aussi par des membres à niveau très élevé dans la hiérarchie de ce courant politique.

2.4 Conclusion

Personnellement, pour moi, l'élection d'un secrétaire du parti par la voie démocratique, signifie sans intention de dénigrer plusieurs choses :

L'importance de la démocratie au sein du groupe politique en question, car la désignation est laissait par l'scrutant à la responsabilité des électeurs.

3. Idéologie

La présence et la diversité d'idées, reste la preuve d'une mouvance (la vie), preuve d'activité, le débat d'idées au paroxysme est un signal marquant un courant à l'écart des conciliabules sur le dos des militants.

Nestor Elias Ramirez Jimenez dit gramophone

Joigny mardi 18 novembre 2008


Posté par gramophone à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 novembre 2008

DEMOCRATIE EN DANGER

Joigny dimanche 16 novembre 2008
Par Nestor Elias Ramirez Jimenez GRAMOPHONE

La démocratie

Ce n'est pas un mot, une définition étymologique ou une conception personnelle, c'est un concept qui se trouve fragilisé par l'ambition et l'égoïsme d'une minorité.

Avertissement

La démocratie de nous jours est ternie par le lobbying, de minorités dans le monde.

Il me semble que l'heure est propice pour en parler, puisque le groupe politique au quel vous lecteurs semblait appartenir, vienne de donner un exemple fort et sévère de démocratie.

Le poste de premier secrétaire, n'est pas en soit le but mais le poste de candidat pour 2012, je vais encore plus loin, le destin d'un pays reste un enjeu suffisamment important, pour que chacun y prenne sa responsabilité.

D'ailleurs, le destin d'un pays ne se défini de nous jours à l'intérieur de celui-ci, mais dans d'autres cercles, le monde des finances, n'a pas de siège sociale dans un pays, une ville, et pour tant reste un univers puissant. Quelque soit le ou la future président(e) de la France; l'univers secret des finances reste un monstre aux mille têtes.

Le président du pays noyau de ce système, viens de tracer les grandes lignes, de ce qui saurait accepté pour le reste de chefs d'état du monde : la liberté du marché.

Je doute que 80% d'entre nous, auront conscience de la portée de cette définition. Car dans les traites et les définitions nous sommes en réalités très distantes de la réalité du terrain.

La liberté du marché mondiale, se traduit par la concentration du pouvoir dans les mains d'une petite minorité de personnes dans le monde et en conséquence; à cette infime minorité de personnes reviens la liberté de gagner plus d'argent sur le dos de la transformation de la matière par la valeur ajouté et le travail des salariés, grâce à des montages et calculs sur des variables donc seul "cette minorité" dispose de la connaissance.

J'ai l'intime conviction, que la seule manière de renverser la situation, risque de faire très mal, à l'humanité entière, et pour cela je lance l'appel solennel aux intellectuels sans barrières sectaires ni clivages politiques, pour établir des vraies règles, pour une société juste avant de tomber dans un terrain de non retour; l'insatisfaction de milliards de personne sur la terre est un signale qui présente des risques très graves pour l'harmonie et la paix, et pas qu'en France.


Posté par gramophone à 08:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 mars 2008

compendio (condensé et sauvegarde)

Algunas informaciones existen pero curiosamente son disponibles por una parte relativa de la sociedad.

La opinión pública internacional vive así excluida o desprovista de los conceptos fundadores de la razón.  Es fundamentalmente la razón por la cual me he permitido la traducción de algunos sujetos.

La opinión publica en Francia y en Alemania por tanto tienen acceso directo a este tipo de documentos, es más la cadena de televisión que los difunde, es una cadena de fondos comunes entre las dos naciones Francia y Alemania, además de subvenciones sin duda de la C.E.

Desde luego que la fuente de tales informaciones me párese de confianza puesto que son periodistas profesionales, además de la transmisión de intervenciones de los protagonistas ante la cámara.

De la misma manera para guardar la imparcialidad se hace indispensable la traducción de algunos documentos a connotación histórica sobre los servicios secretos del bloque de la URSS.

Para terminar me párese importante que la lectura permita la demostración del despliegue de recursos humanos y técnicos, sin minimizar la parte financiera. Como un conjunto de herramientas de una ideología.  Actos que son la garantía de la perpetuación  de la dominación.

Herramienta tan poderosa como inicuo es el sentimiento de indiferencia del ciudadano de base.

Al Quaïda

Al-Quaida En 1995, la investigación sobre el atentado del World Trade Center conduce a la organización Al-Qaida y a Oussama Ben Laden, Saudí nacido en Riad. Llamado el "banquero de la guerra santa", se estima su fortuna en dos mil millones de dólares. Washington post recuerda los vínculos muy estrechos que unen siempre a la familia real de Arabia Saudí a Ben Laden, y dice cómo se ha reclutado, implicado y se ha armado por la CIA durante la guerra de Afganistán. En la época, se beneficiaba del apoyo total de los Americanos y de Arabia Saudí, que había ofrecido a Ben Laden todos los medios de sus ambiciones.

Los responsables políticos, los Presidentes sucesivos, cierran los ojos sobre esta pétro-monarquía que aplica a la letra la ley del Corán, pero dio a los Estados Unidos 55 millones de dólares para financiar la guerra del Golfo. Los potentes grupos petrolíferos americanos se comparten los favores reales y una tarta de 150 mil millones de dólares al año. Varios miembros del consejo de administración del Saoudi Aramco Compagny son americanos.

George Bush padre había creado en 1960 el Zapata Company, una sociedad petrolífera que había obtenido el derecho de explotación de zonas de perforación en Kuwait. La fortuna de George Bush padre se hacía asi. Sus hijos habían fundado en 79 su propia compañía petrolífera en Texas, el Arbusto Energy, cuya gestión fue catastrófica, y que se salvó de la quiebra por Salim Ben Laden, el hermanastro de Oussama, que readquirió al precio fuerte una gran parte de las acciones.

La familia Ben Laden era ya proprietario del aeropuerto de Houston, en Texas.

En marzo de 1996, el Gobierno de Jartum en Sudán, bajo la presión de l ` ONU, decide expulsar a Ben Laden y su fuerte ejército secreto, de 10.000 hombres. Propone a los Saudíes de entregar a Ben Laden, pero la familia real se niega. El Sudanés se vuelven entonces hacia Bill Clinton y le hacen la misma oferta.

El Gobierno americano decide reforzar la célula contraterrorismo: haciendo fusionar elementos del FBI y el C.I.A., las dos agencias enemigas, en un mismo servicio.

Varios atentados (contra las embajadas americanas de Tanzania y Kenia y el USS Cole al Yemen), que la CIA no supo prever, hacen numerosas muertes. Ben Laden se convirtió en el enemigo público número uno y su cabeza es puesta a precio.




Al-Quaida

En 1995, l’enquête sur l’attentat du World Trade Center conduit à l’organisation Al-Qaida et à Oussama Ben Laden, un Saoudien né à Riyad. Surnommé le "banquier de la guerre sainte", on estime sa fortune à deux milliards de dollars. Le Washington Post rappelle les liens très étroits qui unissent toujours la famille royale d’Arabie Saoudite à Ben Laden, et raconte comment il a été recruté, entraîné et armé par la CIA pendant la guerre d’Afghanistan. A l’époque, il bénéficiait du soutien total des Américains et de l’Arabie Saoudite, qui avait offert à Ben Laden tous les moyens de ses ambitions.

Les responsables politiques, les présidents successifs, ferment les yeux sur cette pétro-monarchie qui applique à la lettre la loi du Coran, mais a réglé pour les Etats-Unis 55 millions de dollars pour financer la guerre du Golfe. Les puissants groupes pétroliers américains se partagent les faveurs royales et un gâteau de 150 milliards de dollars par an. Plusieurs membres du conseil d’administration de la Saoudi Aramco Compagny sont américains.

George Bush père avait créé en 1960 la Zapata Company, une société pétrolière qui avait obtenu le droit d’exploiter des zones de forage au Koweït. La fortune de George Bush père était faite. Son fils avait fondé en 79 sa propre compagnie pétrolière au Texas, l’Arbusto Energy, dont la gestion fut catastrophique, et qui fut sauvée de la faillite par Salim Ben Laden, le demi-frère d’Oussama, qui racheta au prix fort une grande partie des actions.
La famille Ben Laden était déjà propriétaire de l’aéroport de Houston, au Texas.

En mars 1996, le gouvernement de Khartoum au Soudan, sous la pression de l ‘ONU, décide d’expulser Ben Laden et son armée secrète, forte de 10.000 hommes. Il propose aux Saoudiens de leur remettre Ben Laden, mais la famille royale refuse. Les Soudanais se tournent alors vers Bill Clinton et lui font la même offre.

Le gouvernement américain décide de renforcer la cellule de contre-terrorisme : en faisant fusionner des éléments du FBI et de la C.I.A., les deux agences ennemies, au sein d’un même service.
Plusieurs attentats (contre les ambassades américaines de Tanzanie et du Kenya et l’USS Cole au Yemen), que la CIA n’a pas su prévoir, font de nombreux morts. Ben Laden est devenu l’ennemi public numéro un et sa tête mise à prix.

Dallas, Assassinat de JFK 1963



John Kennedy ne sait plus comment faire pour neutraliser Allen Dulles et la CIA. L’agence est en train de devenir un état dans l’état. Toutes les tentatives pour renverser Castro ont échoué, mais Allen Dulles, devenu incontrôlable, mène une campagne de propagande qui attribue à Kennedy tous les échecs de la CIA, depuis le ratage de la Baie des Cochons.

John Kennedy décide de réduire les pouvoirs de la C.I.A. et de se séparer de son puissant patron, Allen Dulles, qui est forcé à donner sa démission. Kennedy, en présence de Dulles, nomme comme directeur John Mc Cone, un petit homme effacé, discret. Allen Dulles est furieux contre ce qu’il appelle son « limogeage ». Il était depuis dix ans l'incarnation même de la C.I.A..

Au lendemain de l'assassinat de John Kennedy en 1963, son frère, Bob, se précipite chez John Mc Cone, le nouveau directeur de la CIA, et ne lui pose qu'une question : « Est-ce que la CIA a assassiné mon frère ?»

La commission Warren est chargée par le nouveau Président Lyndon Johnson de faire toute la lumière sur l'assassinat de Kennedy. Mais curieusement, l'enquête est confiée à Allen Dulles, alors que Kennedy et lui se haïssaient et qu'il lui devait d'avoir perdu son poste. Quelques mois plus tard, le juge Warren rend ses conclusions, en présence de Lyndon Johnson : Il n'y a eu aucun complot et Lee Harvey Oswald a agit seul.

AUSSI DANS MON BLOG igualmente en uno de mis blogs

En 1971, El Salvador Allende, candidato socialista, gana las elecciones a la Presidencia de Chile. Establece una reforma agraria y decide las nacionalizaciones. Horrorizado richard Nixon, da carta blanca al director de la CIA, Richard Helms, para impedir su entrada en función.

Washington decide entonces ayudar a los militares a destituir Salvador Allende y remplazarlo por el general Pinochet al poder. El golpe de Estado termina por ocurrir el 11 de septiembre de 1973. Salvador Allende es asesinado, o se suicidó, según la CIA, y millares de chilenos torturados y masacrados. La CIA proporcionó las listas de los sospechosos a los escuadrones de la muerte de la junta militar.

Es la implicación de la CIA en el golpe de Estado en Chile, y las revelaciones sobre la complicidad entre la agencia y la Casa-Blanco durante el Watergate, que va a empujar el Congreso, burlado y humillado por Nixon, con su demisión, a tomar la decisión amordazar la CIA.

En 1976, las audiencias de los directores de la CIA en las comisiones senatoriales Church y Pike van a trastornar los americanos. Nada más será como antes. El espectáculo es deprimente. El apoyo de la CIA al General Pinochet y su participación en la caída del régimen socialista de Allende, puesto al día por el informe Church, van a hasta salpicar la imagen del Secretario de Estado Enrique Kissinger.

Il y a beaucoup d'effort de la part des organisateurs du forum, et un excellent travail par les personnes qu'ont élaboré, le document puis l'émission.

Il saurait vraiment dommage que un si bon travail; soit suivi ici dans le forum par des interventions sans fondement ni motivation.

Bien que je reste un quidam, sans bon niveau en chimie, génétique ou micro biologie. Je tiens à remercier les responsables de programmation de la chaine Arte

Pour ce type de documents.

a visiter aussi le blog de gramophone visite igualmente el blog de gramophone

El uso corriente de otra lengua, disminuye la claridad de las frases en castellano. Por lo cual presento mis más sentidas excusas.

El comportamiento de la sociedad es la suma de los comportamientos individuales, lo que significa que los comportamientos en general pueden ser estudiados con una variante de reglas de ciencias como la psicología y la sociología entre otras.

Me párese fundamental insistir sobre el trabajo sistemático, metódico y profundamente avanzado de algunas instituciones y organizaciones, con el fin de identificar de manera precisa el comportamiento humano con el fin fundamental de mejor dominar la humanidad.

¿Qué es lo que quiero decir?

Un ejemplo, entre miles nos permite de ser más claros. El caso de Patric-Emery Lumumba sería el fenómeno, que como, el caso de Chile 1973, el caso de Nicaragua-Somosa, etc. En los cuales hay un factor común de actividad externe al medio social que impone soluciones a todo precio. Incluso los asesinatos de individuos democráticamente elegidos.

¿Es algo grave?

Cada pueblo de la tierra es considerado como soberano, cada nación en teoría incluye en su constitución como sagrada el suelo y las leyes que rigen la democracia.  El más grave hecho en una sociedad es tratar de imponer sobre una nación un sistema, es una manera por tanto simple de probar la noción de imperialismo.

Sería ridículo, olvidar los miles de muertos Tchétchenes, error de ética imperdonable en nombre de la imparcialidad. Desde luego que hablamos de una republica de solo 15 500 kilómetros cuadrados con una población de un millón y un poco más de ciento tres mil habitantes, al extremo oeste sur de la anciana URSS.  Una zona con una historia muy compleja, durante el régimen soviético, con la diferencia de denominación por la URSS entre la noción de Staline y Khrouchtchev.

Por hacer corto, los pueblos de la tierra no son libres de definir su situación, bien al contrario existen equipos humanos y muy bien dotados en tecnología y finanzas para imponer las directivas.

Esto no es una idea o suposición sin fundamentos, es una realidad aunque discreta, demasiado nefasta para el equilibrio social de los pueblos y sobre todo negativa para la estabilidad y la paz del mundo.

¿Por que?

La razón es demasiado simple por que los pueblos de la tierra viven en la indiferencia y en completa ausencia de comprensión y de comunicación al nivel más bajo. Es decir entre los miembros de las clases populares.

Por esta razón son las clases populares que continuaran a sufrir más hasta el momento en que finalmente lleguen a darse cuenta, y decidan de constituir una organización mundial de defensa de los intereses.

Si consideramos un tal hecho como una utopía es que nuestra conciencia esta formateada por el sistema.

Es una verdadera lastima que los documentos difundidos en la televisión, perfectamente documentados sobre los hechos de la historia, con intervenciones de los protagonistas, no sean publicados en español y en todas las lenguas. Es una lastima que las poblaciones menos favorecidas de la tierra, carezcan de educación de acceso a la información. Es un hecho favorable a la perpetuidad del sistema dominante.

Le Congo: ínfimamente rico, democráticamente pobre

http://www.arte.tv/fr/semaine/244,broadcastingNum=874991,day=4,week=11,year=2008.html

Durante varias décadas, me he formulado, algunas preguntas, estrechamente ligadas con este sujeto.

Par llegar à una conclusión relativamente simple. Todo problema, se presenta como en matemáticas o en física, en forma de proposición, o mas concretamente como hipótesis.

Formular una hipótesis supone, requisitos o herramientas, para todo fenómeno al interior de la sociedad se hace necesario el análisis en el tiempo y el espacio de los hechos.

Ustedes descubren en sus observaciones, la gran puerta del conocimiento; al plantear, el problema no en singular pero en plural, es justo es una observación pluridisciplinaria que se hace indispensable para poder acoger de la manera plus amplia los factores o variables que constituyen los datos globales de la sociedad.

Por esta razón, nos vemos obligados de considerar un solo fenómeno de la talla del mundo, supongo que estaremos de acuerdo en ese punto; la miseria del mundo es una sola y única.

Para probarlo tenemos que encontrar un hecho o factor que sea común a los hechos en cada lugar o punto geográfico sobre la tierra.

Sobre una base ética e imparcial, estamos obligados de funcionar si deseamos adquirir credibilidad.

Hay un hecho particular que debemos citar, la caída del muro de Berlín, en tanto que momento en la dimensión del tiempo.

Un sistema o imperio no puede desaparecer en un instante, por tanto el hecho del muro sirve de marco a la destrucción del imperialismo soviético. Sin embargo el régimen soviético toma muchos años antes de su desaparición.

Antes de la erradicación del imperialismo soviético, el mundo tenía dos polos opuestos en materia de ideología, físicamente representados. Con la desaparición de la URSS, el sistema dominante se encuentra con las manos libres para desarrollar su filosofía.

En toda forma de trabajo, el factor tiempo adjudica la experiencia como factor clave de la actividad; el sistema que se atribuye de esta manera el monopolio; solo puede por ley matemática continuar a progresar.

Una observación de la historia de la humanidad, nos muestra que los imperios se suceden, como los seres que nacen crecen y mueren.  Desde luego que la vida de un imperio comprende varios siglos.

Sabemos por la historia, la antropología, y otras ciencias que varios imperios pueden coexistir sobre la tierra, como sabemos que el progreso científico, esta al servicio del poder dominante, de manera automática.  La ciencia es un factor clave de dominación, plus concretamente la ciencia de las comunicaciones permite la difusión de información en el mismo instante en el mundo entero independientemente del contenido y la veracidad.

Les dejo esta pequeña introducción à desarrollar

Dernière intervention vidéo de Raul Reyes

http://www.dailymotion.com/related/x4l23i_rueda-colombia-1_news/video/x4kilm_ultimo-mensaje-de-reyes_news?from=rss

Me párese interesante su punto de vista

http://www.dailymotion.com/video/xvypb_origenes-de-las-farc

¿Entonces en este cambio de opiniones quizás solucionamos los problemas de Colombia?

Desde luego que no

Si volvemos en una hipótesis a la situación de antes de la creación de ese grupo subversivo, es decir a la situación de los años 50.

En esta hipótesis, la parte ideológica del partido comunista, no crea el grupo armado de defensa.

Por que no lo crearía, si la razón de la creación toma forma sobre los ataques de grupos armados, la chusma, compuesta de policías locales y grandes terratenientes.

Estos grupos armados borraban del mapa familias enteras en las fincas, violando, matando, de manera salvaje, y quemando las casas.  Es necesario subrayar que en ese tiempo no existía ningún grupo armado de izquierda.

¿Que hacían las autoridades, en aquel tiempo?

En ningún instante justifico los actos violentos que hoy en día puedan cometer los grupos extremistas.

Si por arte de magia, (en una hipótesis) desde luego, los grupos de subversivos desaparecen ¿El gobierno colombiano será más justo? Los grupos extremistas de ultra derecha, (coordinados por miembros de las fuerzas armadas y latifundistas en unión estrecha con los hombres políticos) no van a desaparecer.

Es más los acecinatos de los líderes sindicales continuaran, yo estoy seguro como saber que he leído una ínfima cantidad de la historia y la economía.

La ambición de una minoría (en poder de la economía en el mundo) continúa a concentrar la riqueza, al precio de la miseria, en el mundo. Quiero decir con esto que la ambición de unos cuantos que disponen de todos los elementos físicos y materiales para guardar el poder, solo pueden continuar.

Absurdo de creer que será diferente, gracias a una calidad común a 80% de la población sin educación, que solo se puede comprender leyendo "El discurso del servilismo voluntario" de Etienne de La Boétie.

Atención a la significación de educación: no es educado aquel que tiene un grado de ingeniero, abogado o doctor por el hecho de haber obtenido con honores (excelentes notas) Es educado el ser humano que observa el mundo como un conjunto complejo que solo puede vivir en armonía, gracias a la igualdad de derechos y la justicia social entre la población a la talla del mundo.

¿Será ridículo el pensamiento arriba citado? El mejor científico sobre la tierra, descubrirá una molécula contra el síndrome de falta de defensas del organismo humano el SIDA;

Es torpe creer que el científico, lo haría por el bien de la humanidad.

Primero por que solo laboratorios privados trabajan en ese dominio

Segundo por que ese descubrimiento será disponible a un precio abordable solo por los ricos al menos durante diez años.

Desde luego que el científico en cuestión o sin duda un grupo recibirá un premio Nóbel.

En economía, en finanzas, etc. Podemos transponer la misma metáfora con el mismo fondo.

¿Que hacer? Gandi, hizo una gran obra, poco comentada en los colegios, por tanto. Pero al igual que Simón Bolívar solo le arrebatan las riendas del poder a un amo y señor para dárselas a otro que continua con la misma tiranía en las sombras de un sistema.

Cuando el imperio URSS desapareció, a pesar de millones y millones de defectos, que es injusto negar ante la historia, ¿desapareció la dictadura? desde luego que no, sin embargo los países satélites del régimen no deben en dinero efectivo ni un centavo. ¿Si desaparecen los grupos subversivos en Colombia? Desde luego que la miseria no desaparecerá, ni la injusticia, ni el acecinato de sindicales. Aún menos desaparecerán los servicios secretos y el apoyo económico y técnico de la inteligencia de los USA.

Esto significa que los pueblos deben buscar con inteligencia científica democrática y sobre todo con justicia e igualdad, un sistema mundial moderno; la violencia siendo solo un accesorio que toma el contra peso de la violencia estricta del imperialismo capitalista.

La violencia no es que un síntoma de otro fenómeno concreto que es la ausencia de justicia social. Para un ser humano racional es violento el número de personas que mueren en la tierra de hambre, de sed, de enfermedades, como es violento sin duda todo tipo de atentados, contra los bienes y las personas.

Sin olvidar que indígenas que en el mundo entero son despojados de su medio de vida por tanto ecológico. Sin que la comunidad internacional se interese. Hay violencias que no se ven y que por tanto destruyen la vida y el futuro de la humanidad. Esas violencias particulares, solo son observadas por los verdaderos seres "humanos" que meritan esa definición ¿Cómo definir el resto de seres?

Tengo en verdad mas afecto por un perro chandoso que al menos es fiel que por los grupos internacionales que despojan los nativos de sus tierras en nombre del progreso y solo por "ambición temporal" de beneficios.

Traduction au français

Alors dans cet échange d'avis résolvons-nous peut-être les problèmes de la Colombie ?

Évidemment que non

Si dans une hypothèse nous retournons à la situation d'avant la création de ce groupe subversif, c'est-à-dire à la situation des années 50.

Dans cette hypothèse, la partie idéologique du parti communiste, alors ne crée pas le groupe armé de défense FARC-EP

Pour quoi il ne le créerait pas? Si la raison de la création prend source sur les attaques de groupes armés, "la chusma", composée policiers locaux et de grands propriétaires fonciers.

Ces groupes armés effaçaient de la carte des familles complètes dans les fermes, en violant, en tuant, de manière sauvage, et en brûlant les maisons. Il est nécessaire de souligner qu'en ce temps il n'existait aucun groupe armé de gauche du genre FARC-EP.

Les autorités faisaient quoi, en ce temps ?

Dans aucun moment je justifie les actes violents que de nos jours peuvent commettre les groupes extrémisas quelque soit l'extrême droite des latifundios ou gauche des paysans.

Si par art de magie, (dans une hypothèse) évidemment, les groupes subversifs disparaissent. Le gouvernement colombien sera plus juste ? Les groupes extrémistes d'ultra droit, (coordonnés par des membres des forces armées et des grands propriétaires en union étroite avec des hommes politiques) ne vont pas disparaître.

D'autant plus que les assassinats des chefs syndicaux continueraient, je suis sûre comme savoir qui ai lu une quantité infime l'histoire et de l'économie.

L'ambition d'une minorité (au pouvoir en économie) continue concentrer la richesse, au prix de la misère dans le monde. Je veux dire avec ceci que l'ambition de quelques-uns qui disposent de tous les éléments physiques et matériels pour garder le pouvoir, seulement peuvent continuer.

Absurde de croire qu'il sera différent, grâce à une qualité commune à 80% de la population sans éducation, qui peut seulement être comprise en lisant "le discours du servitude volontaire" d'Etienne de la Boétie.

Attention à la signification d'éducation : n'est pas instruit celui qui a un degré d'ingénieur, avocat ou docteur par le fait d'avoir obtenu son diplôme avec des honneurs (notes excellentes) est instruit l'être humain qui observe le monde comme une ensemble complexe qui peut seulement vivre en harmonie, merci à l'égalité de droits et la justice sociale entre la population à la taille du monde.

Sera ridicule la pensée mentionnée ci-dessus ?

Le meilleur scientifique sur la terre, découvrira une molécule contre le syndrome d'immunodéficience de l'organisme humain "le SIDA" ; Il est maladroit de croire que le scientifique, le ferait par le bien de l'humanité.

Primo parce que seulement des laboratoires privés travaillent ce dominion

Second parce que cette découverte sera disponible à un prix abordable seulement par ceux qu'auraient les moyens au moins pendant dix années.

Évidemment qui le scientifique en question ou sans doute un groupe recevra un prix Nobel.

En économie, dans des finances, etc. nous Pouvons transposer la même métaphore avec le même fonds.

Quoi faire ?

Gandhi, a fait une grande œuvre, peu commentée dans les collèges, par conséquent. Mais tout comme Simon Bolivar seulement ils arrachent les rênes du pouvoir un maître ou saigneur pour les donner à un autre qui continue avec la même tyrannie dans les ombres d'un système.

Quand malgré million et millions de critiques et défauts, qu'il est injuste de nier devant l'histoire l'empire URSS a disparu, a disparu la dictature ?

Évidemment qui non,

Toutefois les pays satellites du régime ne doivent pas en argent effectif ni un centime.

Si disparaissent les groupes subversifs en Colombie ? Évidemment que la misère ne disparaîtra, ni l'injustice, ni les assassinats des syndicaux. Encore moins disparaîtront les services secrets et l'appui économique et technique de l'intelligence des USA.

Ceci signifie que les peuples doivent surtout chercher avec intelligence scientifique démocratique et avec justice et égalité, un système mondial moderne; la violence en étant seulement un accessoire qui prend le contre poids de la violence stricte de l'impérialisme capitaliste.

La violence n'est qu'un symptôme d'un autre phénomène concret qui est l'absence de justice sociale.

Pour un être humain rationnel est violent le nombre de personnes qui meurent dans la terre de faim, de soif, de maladies, comme est violent sans doute tout type de tentatives, contre les biens et les personnes.

Sans oublier les indigènes qui dans le monde sont dépouillé de leur environnement pour tant écologique. Sans que la Communauté internationale s'intéresse. Il y a des violences qui ne sont pas vues et qui par conséquent détruisent la vie et le futur de l'humanité.

Ces violences particulières, sont seulement observées par les véritables êtres "humains" que mérite cette définition

Comment définir le reste d'êtres ?

J'ai en vérité plus affecté pour un chien qui au moins est fidèle que par les groupes internationaux qui dépouillent les peuples indigènes de leurs terres au nom du progrès et seulement par "ambition temporaire" de bénéfices.

Posté par gramophone à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2008

UN FEUILLETON SAUGRENU

Un feuilleton saugrenu

 

Joigny vendredi 8 février 2008

Par gramophone

Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ

 

 

 

Sans doute qu'une partie "noble" de la société doit se sentir à l'écart de l'image de la nation.

 

 

 

C'est pitoyable, ridicule et très mauvais pour l'image d'une nation de l'envergure de la France

 

 

 

La mésentente semble surgir entre une haute autorité de l’État et vraisemblablement une partie de la presse

 

 

 

Je dis bien une partie voir deux ou trois journalistes d'une rédaction.

 

 

 

Les autres sont encore des "impartiales" au service d'une information, qui prend des allures d'un spectacle carnavalesque.

 

 

 

La culture dans tout cela, au milieu des fonctionnaires des corps armés, des représentants de l'ordre et la justice, qui s'affichent en extrémistes, avec des propos inadmissibles pour un officiel.

 

 

 

Le cas d'un blésé par balle, encore par les armes qui en théorie doivent défendre la propriété et l'intégrité physique des citoyens.

 

 

 

Puis le cas d'un père qui aurait senti monter le sang alors que sont fiston aurait une petite gifle pour maque du respect

 

 

 

La justice dans tout ça elle est de quel côté ? La culture d'un peuple mis à mal par manque d'une éducation à la hauteur.

 

 

 

C'est si simple que cela, les élites simplifient l'éducation primaire et secondaire, en faisant abstraction d'une matière qui construit le citoyen, l'art d'apprendre à raisonner par soit même.

 

 

 

La philosophie, avec les bonnes bases, l'éducation civique depuis les premières années de l'école primaire.

 

 

 

Voilà ce qui manque aux gens de sept a quarante ans en France, une France où le commun des citoyens n'est pas en capacité de faire la différence entre les intérêts de la société et les intérêts d'une élite qui affuble la société des pratiques en détriment des piliers de dignité, fraternité, respect et justice.

 

 

 

Ces attributs peuvent se compter par milliers dans une tendance de consumérisme ridicule, où l'apparence compte plus que la pensée.

 

Posté par gramophone à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2007

REALITE SOCIETE ET CONSCIENCE

LA REALITE ET SES POINTS DE VUE

1.1  Le temps de travail

1.1.1 TECHNOLOGIE

Le progrès est une variable indéniable dans la production.

L'automatisation des modes de production reste la règle, bien sur que le système a la volonté de paupériser les niveux de salaire, pour multiples raisons entre autres maintenir le marché du travail "coût de la main d'ouvre" à des valeurs très bas, cela grâce à des taux de chômage élevé.

Pour quoi augmenter le temps de travail alors que "l'automatisation" impose le contraire.

Indéniablement il faut moins de personnes pour une production plus rentable. Dire le contraire est fallacieux.

1.1.2  La double exploitation de l'ouvrier

Si la population vie plus long temps; la voie politique du patronat veut retarder le départ en retraite (automatiquement augmenter le chômage); sans oublier le coût de la protection sociale, glissé subrepticement à la charge de celui et celle qui donne leur vie entière au travail. Je considère cela comment une double exploitation. Puisqu'à la base l'ouvrier vends sa vie (temps de travail) mais en le faissant il laisse aussi sa santé, Le point de vue du patronat veut qu'il cherche à se libérer des charges de la protection sociale.

Pour ceux et celles qui l'entendraient de cette oreille, je rappel : Pour quoi se donner tant du mal à creer des institutions comment la CPAM parmis d'autres organisations de protection sociale?

Qui doit grantir contre les accident, les maladies professionels, l'invalidité, le décès et la vieillesse ?

Sachant que le tout est lié au travail.  Le bon sens et la logique veut une participation concerté des acteurs (le patronat et les travailleurs)

1.1.3  HYPOCRISIE ET CHOMAGE

Une logique mathématique, à plus de chômage moins de coût de main d'ouvre. C'est de l'hypocrisie de la part du patronat et sont gouvernement, parler de réduction du chômage. Le chômage reste une technique fondamentale de la rentabilité.

1.1.4 LE PROGRES TECHNOLOGIQUE DES FINANCES

Le progrès ne ce limite aux technologies des machines et de la production, il atteint l'univers financier, la rentabilité se développe et plus vite que l'art de produire et transformer la matière. Les artifices du genre "spéculation" trouvent en toute légalité des voies de rentabilité de manière exponentielle par rapport à la production. des marchandises sans la moindre transformation par la magie du commerce des titres gagne ou perd de la valeur en quelques heures ou jours. Encore pire des achats se font sur des produit à l'état de concept et même face à l'incertitude de la météorologie et l'agriculture.

1.2  Meurs et société

La logique veut qu'avec le progrès, le travail devient moins pénible, (d'ailleurs cela reste une des pistes de l'origine du chômage et de la réduction logique du temps de travail), la gourmandise financière ne l'entend pas de cette oreille; les besoins de consommation dans la nouvelle culture en évolution constante nécessitent non pas de la société global mais de "l'individu" manière excellente de régner par la division.

1.2.1  Les sectes et religions

Le rôle des sectes prend de l'ampleur lorsque les religions semblaient vieillassantes.

évidemment que l'être humain reste de par l'histoire et la nature un animal sociale, très attaché à la notion de "MEUTE", où les notions de "LEADER", de "BUT" puis la grande invention de quelques reliigions "la vie étérnelle" font le lien ou vicule permettant de tisser une relation autre qu'économique en apparence, où les plus pervers et perspicaces en profitent pour s'eriger en "guide spirituel"; pouvant disposer par la suite des biens des naïfs et même de leurs vies.

1.2.2 Le terrorisme

Surgie ici comme un chemin alternatif au paragraphe ci-dessus

Aux individus en quête d'un bonheur qui s'éloigne dans leurs vies au quotidien.  Plus qu'un phénomène un symtôme de la misère, dans laquelle le système plongé une proportion croissante de la population. Pour anéantir le terrorisme parmi tant d'autres symptômes, il faut d'abord combattre la misère! pas seulement économique mais culturelle, qui est plus grâve encore. Puisque dans l'ignorance se trouve le peuple comme un vivier à disposition de Dieu ce quelle groupe ideologique.

2  La raison et conscience

La raison prend racine dans ces quelques lignes, dans les faits biologiques, dans le comportement humain, dans les faits divers; l'humain en tant que tel reste un "animal sociale" les techniques et méthodes d'indidualisation, si bien qu'appportant des bénéfices financières; restent d'abord éphémères "mais surtout" très dangereuses pour le devenir de l'humanité.

L'individualisme au quel nous sommes formatés, ne convienne pas à la part inconsciente de chacun.

Il y a d'autres manières de chercher la paix, et même avec soit; Les ouvres de charité, les ONG, etc., les fêtes religieuses pontuelles, où les personnes redeviennent humaines; avec le seul but de "se donner une fausse bonne conscience".

CONCLUSION

Quelque soit la confection religieuse, l'être humain doit rester cela "un humain"; dans le cas contraire, il s'attaque à la raison même de la vie.

L'individualisme privilégie une minorité pyramidale, grand danger pour l'avenir, le but lucratif étant plus important que des principes d'égalité et fraternité indispensables à l'harmonie sur terre et la préservation de l'humanité.

Mes interventions sur les divers forums et sites ont un but; mettre en garde l'intelligence et l'élite bougeoise sur le retour de bâton.

Il ne faut pas oublier si vite les faits divers vers 1789, ou encore la mise en garde d'Etienne de La Boétie, pour ne pas citer d'autres raisons de poids.

Toutes mes excuses pour la piètre qualité de mon texte et sa construction grammaticale. l'espagnol étant ma langue maternelle.

votre serviteur: Gramophone

Posté par gramophone à 13:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]