25 janvier 2010

Manipulation médiatique

Poésie littérature, et sentiments

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez ou "gramophone"
Joigny lundi 25 janvier 2010

Alors que les médias poussent à l'ingurgitation
Du mensonge de taille incommensurable
Avec une gouvernance qu'incite à l'injonction
L'information plus qu'incontrôlable
Devienne du coup le fruit d'inhibition
Ou la vérité devienne introuvable
Cela opère dans la société une aliénation
Ou la disparition de la démocratie véritable.

Je demande aux intellectuels de la rétrospection
Sur cette image mondialement vénérable
Enclin par cette faute à la stagnation
D'une culture jusqu'alors plus que viable
Fruit de sacrifices, sur l'hôtel de l'abnégation
Qui donne à la pensée sa valeur perdurable
Que je regarde avec ma plus grande affliction
Se ternir en si peu de temps en image pitoyable.
Par cette sorte de volonté d'harmonisation
Qui rends les petits pauvres plus vulnérables
Par l'action des nantis, ou simple spoliation.

Car je considère plus que répréhensible
Le traitement sans la moindre sophistication
Des sujets imposés, chose regrettable
Quoi de plus absurde tendance de prolifération
Burqa, immigration, territoire, invraisemblable
Avec tant de sans emploi, sans présomption.

Je n'écrire jamais autant que Baudelaire
Inique d'atteindre le niveau de Victor Hugo
Je ne me considère pour autant abdicataire
Me sachant pour la littérature un albugo

Sachant que l'être humain est par nature grégaire
Et que les simples d'esprit préfèrent le fandango
Je trouve par conviction que l'Etat est actionnaire
D'une manipulation via les médias devenu un embargo


Posté par gramophone à 16:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 janvier 2010

Vulgarisation vrs démythification

Vulgarisation vrs démythification

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ ou GRAMOPHONE

Je me propose depuis ma modeste tribune de des déifier le fonctionnement de l'univers des finances pour mieux lui faire face en tant qu'ouvrier et citoyen attaché avec véhémence à la notion de la valeur des choses par leur utilité ou le besoins de chacun. J'ai l'intime conviction que la production des biens et services reste la principal ressource économique, et non la manipulation financière qui est faite, des marchés de la production.

C'es quoi la FOMC (FEDERAL OPEN MARKET COMMITTEE)

A propos du FOMC

Le terme «politique monétaire» se réfère aux actions entreprises par une banque centrale, comme la Réserve fédérale, afin d'influencer la disponibilité et le coût de la monnaie et du crédit pour aider à promouvoir des objectifs économiques nationaux. La loi de finances (Federal Reserve Act) de 1913 a donné la responsabilité de la Réserve fédérale de définir la politique monétaire.

La Réserve fédérale contrôle les trois instruments de la politique monétaire - opérations d'open market, le taux d'actualisation, et les réserves obligatoires. Le conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale est responsable du taux d'escompte et de réserves obligatoires, et le Federal Open Market Comite est responsable des opérations d'open market. En utilisant les trois instruments, la Réserve fédérale influe sur la demande et l'offre, les soldes que les institutions dépositaires détiennent aux banques fédérales de réserve et de cette manière modifie le taux des fonds fédéraux. Le taux des fonds fédéraux est le taux d'intérêt auquel les institutions de dépôt des soldes prêtent à la Réserve fédérale aux institutions d'un autre dépositaire de la nuit.

Les changements dans le taux des fonds fédéraux déclenchent une chaîne d'événements qui affectent les autres taux d'intérêt à court terme, les taux de change, les taux à long terme, le montant de la monnaie et du crédit, et, finalement, une gamme de variables économiques, notamment l'emploi, production et des prix des biens et des services.

Structure du FOMC

Le Federal Open Market Committee (FOMC) se compose de douze membres - les sept membres du conseil des gouverneurs du Système fédéral de réserve, le président de la Banque de réserve fédérale de New York, et quatre des onze autres présidents de la Banque de réserve, qui servir un mandat d'un an sur une base rotative. Les sièges rotatifs sont remplis à partir de quatre groupes de banques, un président de la Banque de chaque groupe: Boston, Philadelphie, Richmond, Cleveland et Chicago, Atlanta, St. Louis, Dallas et Minneapolis, Kansas City, et San Francisco. Sans droit de vote de réserve présidents Banque assistent aux réunions du comité, participer aux discussions, et de contribuer à l'appréciation du Comité de l'économie et des options politiques.

Le FOMC détient huit réunions régulières par année. Lors de ces réunions, le Comité examine les conditions économiques et financières, détermine l'orientation appropriée de la politique monétaire, et évalue les risques à long terme de ses objectifs de stabilité des prix et une croissance économique durable.

Pour plus de détails sur le FOMC et la politique monétaire, voir la section 2 de la brochure sur la structure du Système fédéral de réserve et au chapitre 2 Buts et fonctions du Système fédéral de réserve.

Membres du FOMC

Membres
Ben S. Bernanke, Conseil des gouverneurs, Président
William C. Dudley, New York, vice-president
Elizabeth A. Duke, Conseil des gouverneurs
Charles L. Evans, Chicago
Donald L. Kohn, Conseil des gouverneurs
Jeffrey M. Lacker, Richmond
Dennis P. Lockhart, Atlanta
Daniel K. Tarullo, Conseil des gouverneurs
Kevin M. Warsh, Conseil des gouverneurs
Janet L. Yellen, San Francisco
Membres suppléants
James Bullard, St. Louis
Thomas M. Hoenig, Kansas City
Sandra Pianalto, Cleveland
Eric S. Rosengren, Boston
Christine M. Cumming, First Vice President, New York

Federal Reserve Bank de rotation au sein du FOMC

Membres pour 2009
2009 2010 2011
New York    New York    New York
Chicago    Cleveland    Chicago
Richmond    Boston    Philadelphie
Atlanta    Saint-Louis    Dallas
San Francisco    Kansas City    Minneapolis

Le ministère fédéral des marches financiers OPEN MARKET COMMITTEE

Adhésion

Le FOMC se compose de sept membres du conseil des gouverneurs et de cinq présidents de la banque de réserve. Le président de la Banque de Réserve Fédérale de New York assure sur une base continue, les présidents des autres banques de réserve accomplissent un mandat d'un an, sur une base tournante à partir du premier janvier de chaque année. La rotation est telle que chaque année, un membre est élu à la commission par le conseil d'administration des banques de la réserve fédérale, de la manière suivante: (1) Boston, Philadelphie, Richmond, (2) Cleveland et Chicago, (3) Atlanta, Saint Louis, Dallas et (4) Minneapolis, Kansas City et San Francisco.

Organisation

Par la loi, le FOMC détermine sa propre organisation; Chaque année à sa première réunion, le comité élit sont président et son vice-président et sélectionne les agents du personnel pour servir le Comité pour l'année à venir. Traditionnellement, le président du conseil d'administration est élu président et le président de la Banque de Réserve Fédérale de New York est élu Vice-président. Des fonctionnaires d'Etat sont choisis parmi les fonctionnaires et employés du conseil des gouverneurs et les banques de la Réserve Fédérale.

Réunions

Selon la loi, le FOMC se réunit au moins quatre fois par année à Washington DC depuis 1981, huit réunions régulières ont été organisées chaque année à des intervalles de cinq à huit semaines. Si les circonstances l'exigent la consultation ou l'examen d'une action entre ces réunions régulières, les membres sont appelés à participer à une réunion spéciale ou à visioconférence, ou voter sur une mesure envisagée par via électronique. A chaque réunion régulière, les comité vote sur la poilitique à mener pendant l'intervalle entre les réunions.

Participation aux réunions est restreint en raison de la nature confidentielle des informations traitées et sont limitées aux membres du Comité, quelques fonctionnaires, non membres de la FED, des gestionnaires des cours du marché de valeurs, un petit nombre de conseillers;

Le processus décisionnel

Avant chaque réunion du FOMC, des cadres rédigent leurs rapports sur l'évolution récente et prévisions de l'économie et la finance qui sont envoyés aux membres du comité. Un rapport sur le marché ouvert, les opérations libres nationaux et le marché de la monnaie étrangère, est également distribué. Des interventions orales sont effectuées sur l'actualité et le futur des entreprises, les conditions du marché financier et le développement du marché international. Lors des discussions le Comité tient compte de divers facteurs, du genre tendance de prix, salaire, emploi et production. Revenu et dépenses des consommateurs, la construction (résidentielle et commerciale) investissement des entreprises et inventaires, marché de change, taux d'intérêt, agrégats monétaires et crédit, ainsi que la politique budgétaire. Le gestionnaire des comptes du marché financier rends également compte des opérations du compte depuis la réunion précédente.

Après ce rapport, les membres du Comité, les présidents de la banque de réserve abordent la politique. Couramment chaque participant exprime sont point de vue sur les perspectives d'avenir et l'état de l'économie donnant une direction adapté à la politique monétaire. Pour finalement une recommandation individuel explicite de chaque président de banque pour la période suivante et à long terme si les études le permettent. Au fait le Comité doit parvenir à un consensus quant à la voie appropriée pour la politique, incorporé dans une directive à la FED succursale de New York qui exécute les transactions pour le compte du système de marché financier "Open Market System" La directive est rédigé en termes conçu pour fournir des directives au responsable dans la conduite au jour le jour d'opérations ouvertes du marché. La directive énonce les objectifs du Comité pour la croissance à long terme de certains des principaux agrégats monétaires et de crédit.

Elle établit également des directives d'exploitation où le degré de facilité ou de retenue doit être recherchée dans les conditions de réserve, ainsi que les attentes en matière de taux à court terme de la croissance des agrégats monétaires. La politique est mise en œuvre en mettant l'accent sur l'approvisionnement des réserves d'une manière cohérente avec ces objectifs et avec la nation objectifs plus vastes de l'économie.

Effets de la politique

Les institutions de dépôts sont tenues de maintenir des réserves dans certaines proportions par rapport aux types différents de leurs dépôts vérifiés. Opérations du marché financier "open market" affectent directement le niveau des réserves dans le système bancaire. Réserve fédérale des achats de titres ajouter aux réserves, les ventes de retirer les réserves dans le système. Si les réserves augmentent, les institutions de dépôt sera généralement acquérir de nouveaux prêts et investissements, qui ont tendance à exercer une pression à la baisse sur les taux d'intérêt.

Opérations d'open market selon les directives du FOMC sont le principal outil utilisé pour influer sur le montant total d'argent et le crédit disponible dans l'économie. La Réserve fédérale tente de fournir des réserves suffisantes pour encourager l'expansion de la monnaie et le crédit en accord avec les objectifs de stabilité des prix et une croissance durable dans l'activité économique.

Rapports

Selon la loi, le conseil d'administration doit tenir un registre des mesures prises par le FOMC sur toutes les questions de politique et d'inclure dans son rapport annuel au Congrès le vote et les raisons de chaque action. Pour fournir cette information en temps opportun, les minutes des réunions régulières sont diffusées au public trois semaines après la date de la réunion du FOMC.

Deux fois par an, le conseil d'administration soumet un rapport écrit au Congrès sur l'état de l'économie et l'orientation de la politique monétaire, et le Président est appelé à témoigner sur ce rapport.


Posté par gramophone à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 avril 2009

basilique de St. Madelaine (peinture de 68 x 58 cm)

PICT0026

Posté par gramophone à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mars 2009

La politique de Sarkozy à la loupe

La réalité de la politique Sarkozy

Vu les propos de madame la ministre de finances le 4 mars 2009 devant l'hémicycle.

Je me permets de citer, au sujet de la taxe professionnelle :

..."nous avons des pistes pour compenser financièrement les collectivités territoriales, donc deux d'entre elles sont augmenter la TIPP, et augmenter les taxes sur la valeur ajouté"...

Nous (les gueux béotiens et tous ceux avec un revenu qui ne dépasse 1500€ par mois) avons en mémoire, l'augmentation de la redevance télé, des taxes supplémentaires sur la téléphonie mobile et l'Internet qui se répercutent sur tous les citoyens et affectent fondamentalement les moins favorisés.

Il est facile de conclure sans le moindre risque d'erreur :

1.- que le gouvernement suspend le revenu des annonceurs publicitaires de l'audiovisuel public pour endiguer les difficultés des chaînes privées

2.- du coup transfère la charge sur le consommateur. De la même manière qui compte le faire pour la suppression de la Taxe Professionnelle.

Donc

1.- Si je suis patron et propriétaire d'entreprise cela est une très bonne nouvelle.

2.- Si je suis chômeur, ouvrier ou que j'appartiens à 70% des actifs en France à gagner moins de 2500€ mois la nouvelle est moins bonne !

Ce sont des faits avérés et vérifiables, avis aux électeurs pour 2012!

D'autant plus que la politique de relance est obstiné sur une seul des composantes de la loi basique de l'économie : l'offre, en délaissant la demande

Sauf lorsque les syndicats et les collectives comme celui de la Guadalupe imposent la réalité du terrain à un gouvernement autiste et orgueilleux.

Je souhaite que les secrétaires généraux des principales centrales syndicales aient bien pris note.

Car ils ne se prononcent pas avec la véhémence que la situation l'exige, surtout que l'exemple de la Guadalupe doit être plus que souligné !

En fin je me comprends.

De toutes manières les revendications du peuple s'imposent devant, le hold-up de la UMP sur le Sénat et L'Assemblé, qui ne sont plus que des simples pantins à la bote d'une personne.

Et je pesse mes mots,

Des marionnettes ! Alors que leur mission est de défendre les intérêts du peuple, le parlement se trouve à signer à posteriori les lois.


Posté par gramophone à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 mars 2009

de la prose au vers!

N'étant pas francophone, je prends un plaisir non négligeable à intervenir dans les rubriques d'un forum, comme dans nombre de blogs d'abords pour plaider en défense de mon idéologie, ensuite pour contraire des opinions par des arguments tant qu'il soit possible vérifiables, puis finalement pour intenter de mieux écrire dans une langue redouté "très difficile".

toutes mes excuses pour les horreurs dans la langue des francs!

Permettez-moi de prendre la parole
Messieurs de la Mirandole
Vu qu'ici on aime les casseroles
Et personne ne parle de l'affaire Pérole
Et les électeurs encore moins drôles
Xavière et Jean sont des Trolls
La droite et ces fumerolles
La droite et son premier rôle
Le reste est que de la gloriole
Il n'y plus d'autre porte-parole
Des bouffons ou des guignols
Comme le fait Luc Chatel

Tant des commentaires charmeurs
Mais personne ne parle de Pérol
Tant de commentaire ensorceleur
Pour tant la BNP fait des erreurs
et l'affaire des faux électeurs.
Xavière et Jean des fraudeurs.
Pas besoin de tas des mots
que dit l'autre rigolo?

(dans la rubrique PS, forum d'un journal à tirage national)

Le marché boursier affecte les investisseurs
de manière proportionnelle à leur investissement
le marché affecte d'abord les grands saigneurs
puis aux petits boursicoteurs en proportion

La bourse poserait alors des soucis
Bien sur aux idéologues socialistes
Mais alors chacun se méfie
Et perds en proportion, quel fumiste
aurait sottement mentit
puisque dans le système capitaliste
Le plus qu'investie
c'est l'Etat d'après le journaliste
L''ouvrier oui m'en tout petit
C''est vrai d'après l'économiste
Quelques mots ça suffit
Pour répondre au sophiste.
Qui se fait appeler freihet
pas besoin d'un syllogisme.

Quelque fois nous avons simplement envie d'écrire, sans le moindre fondement.

Quelque fois nous avons envie d'exprimer pour le seul fait d'amonceler les mots un derrière l'autre.

Au pire le sectarisme, nous aveugle à l'extrême de ne plus penser pour soi même

Quand des magnats ont du cœur
Cela s'appelle des altruistes
Qualité des vrais saigneurs
Il peut y avoir des humanistes
Pour quoi pas des docteurs
Que l'on les appelle socialistes
Je ne voie pas où est le tort
Différents pour tant des capitalistes
Pour qui le seul moteur
Dévoués comme un trappiste
Qu'à l'argent enchanteur
Même si d'autres sont tristes
et dans la misère sont morts.

Comme disait Aimé Césaire
Je n'ai que les mots pour lutter
Face au commande de corsaire
Parisot et le MEDEF à affronter
la Guadalupe en lutte ouvrière
Valeureuse vienne de montrer
Que le peuple d'outre-mer
a de courage à exporter
prenons de la graine Jeanber
en métropole il y a à faire.
j'insiste ici pour occuper
non pas un place de suicider
néanmoins je dois contraire
les bobard des congénères
en poésie sans transgresser
des vers pour m'amuser
sans me prendre pour Baudelaire
ma prose ne dois pas plaire
puisque je ne sais pas écrire
d'autant plus que je me fais censurer
et très durement critiquer
ma prose ne peut pas passer
aussi facile que le font mes vers

Je trouve que la démocratie à ces risques, en tout cas c'est plus charmant que les gens expriment avec véhémence leurs opinions, que laisser à un homme : le choix, des dirigeants du parti, le choix de la politique et des lois au point que les ministres et le parlement sont depuis là, pour la décoration. "du césarisme quoi"

Pas vraiment besoin de trois mille signes pour le penser et moins encore pour l'écrire. (toute intervention doit se limiter à 3000 singes dans les rubriques du forum du journal LE FIGARO)

Posté par gramophone à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23 février 2009

Humanisme ou Malthusianisme

C'est quoi la gauche ? Je réponds pour une question ? C'est quoi la droite ?

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ

Je vais traiter de manière superficielle

Les bases des partis politiques (l'idéologie)
La diversité des idéologies
L'effet de l'ignorance dans la démocratie
La métamorphose des gouvernements
Le cycle de vie de l'industrie
La mondialisation (délocalisation)
Démagogie et prosélytisme
Irresponsabilité et absence de prévoyance
Naissance de l'industrie financière

Préface

J'ai envie de répondre à madame Monique CANTON-SPERBER, et son commentaire sur LCP Public Sénat.

Dommage qu'elle ne viendra, jamais dans des forums et moins encore dans des rubriques de si bas niveau; puisqu'elle à fait l'école normale supérieure, où reçoit un doctorat en lettre et agrégée de philosophie en 1978, sans doute, madame connais mille fois mieux que moi Platon (à son actif plusieurs dialogues traduits du philosophe)

1.   Un parti politique

Un groupement de personnes parmi les habitants d'un Etat; qui dit parmi, dit une partie. Les idéologies doivent être classés en deux grandes lignes, je ne me considère pas spécialement dans un parti politique, mais dans une ligne, qui est celle de l'humanisme.

Le lecteur doit comprendre que s'il y une ligne d'humanisme, il doit y avoir nécessairement au moins d'autres ligne. Mais alors, il devienne fondamentale la définition d'autres lignes ! Qui ne peut pas être traité dans ce message.

Du fait que chaque humain est par sa constitution matérielle, semblable aux autres, il est pour moi membre d'un grand groupe, celle des humains. Cette idée m'a mène à rallier dès les débuts de mes lectures de philosophie et biologie (vers mes 13 ans) une idéologie définie.

2.   D'autres idéologies

La pensée humaine, est supporté avant tout par son histoire, puis par les sciences. Toute notion individuelle n'est que le reflex conscient ou inconscient fruit de sa connaissance. Par malheur, nombre d'individus de strates sociaux bas, N'ont pas les moyens, leurs permettant d'appréhender le monde, et du fait n'aurait pas un niveau de conscience sociale adéquat à leur statu sociale. Je vais les appeler des votants manipulables à souhait ou électeurs d'opérette ou encore les jetables. Avec des exceptions sans doute.

Si une personne n'est pas française, elle à une autre nationalité ? Si une personne n'est pas humaniste, elle aussi admet une autre idéologie. Dans toute liberté, puisque la société occidentale est régit par la démocratie, déjà cité par Platon et ces contemporains.

3.   La métamorphose du gouvernements

A travers l'histoire, la terre à connu divers rapport entre l'homme et le pouvoir, ces rapports ou empires, nous avons embarqué dans un rapport au pouvoir très particulier; l'empire du capital.

Inutile de dire que l'Etat nation a travers l'évolution des sociétés évolue d'une place de tout puissance à la place d'une marionnette. Dans la monarchie, le président pardon "le roi" aurait hérédité de Dieu sont pouvoir, et bien avant la monarchie, le mythe et la tradition donnent des allures aux leaders bien plus pittoresques. La science érode la place de la religion au près du pouvoir, jusqu'à sectionner le cordon. L'élite transfère dans un procès de mutation constant, (du à son accès non limite aux sciences en détriments des béotiens, gueux et quidams) son intérêt de la propriété des terres "signe extérieur de richesse" (avant cela se compté en nombre d'esclaves) vers des formes plus subtiles et moins encombrantes; les usines, la manufacture pendant un siècle tout au plus.

Par génétique, les êtres et leurs créations ont un point commun, le processus de naissance, croissance et fin. La je dois comme dans tout les idées, m'accrocher à Darwin.

4.   Le cycle industriel

Cette forme de richesse (l'ère industrielle), connaît aussi sa fin, le patron, se rends compte très vite qu'il y a des manières plus simples et juridiquement moins compliqués (les usines, ça demande du travail) l'univers des finances, par un tour de magie, semble générer plus de dividendes.

5.   Le transfert de l'industrie (delocalisation ou mondialisation)

La politique de sauvetage des anciens "pays riches" des pan de leur économie, est un non sens. Des milliards pour les groupes financiers, pour l'industrie automobile. C'est ridicule.

Et cela conforte mon idée du niveau de "marionnette" des anciennes "grandes nations riches" leur pouvoir se trouve à la puissance zéro. Le vraie pouvoir à migré (loin l'époque du roi tout puissant) les rois de nous jours, sont des individus à la tête des monopoles. Le rôle de ces groupes n'est pas de supporter la cohésion sociale ! ça devienne le travail des ONG. Même les Nations deviennent impuissantes devant le volume de misère.

6.   Pour quoi les gouvernement on perdu la main ?

Les relations de production, le lieu même ou se généré la valeur ajouté, a quitté les pays riches, et continuera de le faire. Puisque le pouvoir (autre que les gouvernements) sait que le coût de la production est bon marché ailleurs. L'effort de sauvegarder : les banques, l'industrie automobile, la péché, etc. Son des pratiques sans lendemain.

Une usine automobile du genre Sandouville, dans les années 70 occupé 30 mille personnes, de nous jours à peine 2000 personnes, et demain ?

D'autres formes de production, "non matérielles" (assurances, investissement, etc.) pourraient pas récupérer les millions de chômeurs, mise à la rue par le transfert programmé des formes de production vers les pays à bas coût. Car toute forme de production qu'elle qu'il soit obéi à des connaissances, à des techniques, que le système capitaliste et libre d'installer là où il obtiendra le plus de bénéfices.

7.   le musée de l'industrie

Nous avons fait un sommaire détour à travers l'évolution des relations de production; pour nous rendre compte que le système se trouve encombre, dans les pays riches d'un volume incommensurable de déches. Pour les anciennes usines la rouille prendra des siècles sans doute, à effacer les traces, ici et là, le paysage exhibe sous forme de musées à l'air libre les anciennes cheminées, pour les millions de travailleurs nous pouvons parier sur la rigoureuse loi du cycle de vie.

Dans une vision grotesque arraché aux théories Malthusiennes, sans doute. Voilà mon reproche le plus véhément le plus virulent au système. Il se trouve que deux idéologies convergent ici. Celle de Darwin et celle de Malthus. Sans doute il y a une élite qui semble de manière subtile et sournoise accueillir à ces principes.

8.   Et les gouvernements alors ? démagogie et prosélytisme

Par des techniques de prosélytisme, les gouvernements, sans exception cherchent à creuser leur déficit budgétaire; dans une vision obtuse, qui reste pour tant néfaste vis-à-vis des règles puisque cela fosse une loi pour tant fondamental du système même qui est "la loi de l'offre et la demande" ou encore la loi de la concurrence libre et non faussé, tant décrié par le GATT puis par sa fille l'OMC.

Les années 70 ne pouvaient que révéler, des gains exorbitants, nombre de fortunes s'aurons dégagés définitivement du niveau classique de la société. Le moindre intellectuelle, devait comprendre que tels volumes de production, ne dureraient long temps dans leur cite d'origine, car le coût de production pouvait être moindre avec quelques aménagements dans des pays à dévaluation de 15, 20 et 30%. Le taux d'échange étant un thermomètre significatif. D'ailleurs un sage homme et patron d'une fabrique de pneus à Clermont Ferrand, a eu le courage de le signaler. Un autre signe avant-coureur lui permet de sentir dans sa production; L'automatisation, l'innovation, manière de libérer l'homme des tâches pénibles, d'où d'ailleurs l'idée des 35 heures.

9.   Irresponsabilité et absence de prévoyance

Deux signaux inébranlables de la crise de l'emploie bien sur mais avant tout du volume important de source de richesse; devenu une habitude, la délocalisation avec la bénédiction des gouvernements, qui montrent déjà l'anéantissement de leur marge de manœuvre : le niveau de vie (faible salaire) dans les pays du tiers monde et l'automatisation de la production. Deux signaux qui ne font qu'illuminer le chemin du capital vers l'actuelle industrie financière, là où il n'est crée le moindre cents de valeur ajouté, mais qui est manipulé la totalité du volume du marché matérielle, avec des marges colossales au passage. Un économiste disait grosso mode "on ne peut pas satisfaire une classe sociale sans le préjudice d'une autre" et je dis qu'il est possible de manière légale (par la loi) trouver un juste milieu entre le bénéfice à outrance des finances et le fruit de la transformation des matières.

10.   Naissance de l'industrie financière

Voilà pour quoi je ne me considère pas de "gauche" dans une qualification péjorative et réductrice mais comme adhérant à une idéologie d'humanisme dans un cadre démocratique. Et opposition à toute idéologie quelle qu'elle soit du moment où elle assume le Malthusianisme, même de manière sournoise.


Posté par gramophone à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2009

fable du Loup et l'Agneau

http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/06/esclave.html

Il était une fois un loup

Qui surprit un agneau

Égaré du troupeau.

Il ne voulait pas du tout

Se ruer sur sa proie violemment.

Pour justifier sa haine

La bête prit la peine

D'user des meilleurs arguments.

« Bien que tu me sois inférieur,

Tu m'as injurié l'année dernière. »

Dit le loup. « Mais comment cela put-il se faire,

Dit l'agneau, je n'ai pas un an d'âge, seigneur ! »

Notre loup poursuivit : « Tu as brouté

L'herbe d'un champ qui est ma propriété. »

« Non, je n'ai pas mangé cette herbe ;

D'ailleurs, je n'ai pas commencé à brouter ! »

Répondit l'agneau ! Et le loup d'ajouter :

« N'as-tu pas bu à la fontaine où d'ordinaire

Moi, je me désaltère ? »

« Je ne me nourris que par le sein de ma mère ! »

Dit l'autre. Mais le loup se saisit de l'agneau.

Et tout en le croquant, il dit les mots suivants :

« Tu ne vas pas me priver de ma ration

Même si, aisément,

Tu as su réfuter mes accusations. »
(trad. Ph. Renault, 2003)

Je n'ais jamais avancé que j'aime ce-ci ou cela, j'aime lire, j'aime écrire, mais avant tout j'aime m'intéresser à la pensée des grands humanistes. Il y a parmi les humains, me semble d'après mon humble avis, quelques uns qui confondent la société dans sa large signification étymologique, avec une quelconque petite société. Disons-le la Société Général, ou la Société en tant qu'entreprise au rôle travesti de faire de profit pour les actionnaires.

Etre humaniste ou altruiste, saurait un crime ?

Il y a une différence entre humanisme et idéologie de gauche ?

Il est certain que altruisme et capitalisme ne vont pas toujours en semble.

Je n'aime pas me lire ! Mais certains internautes à l'évidence détestent lire dans mon discours des vérités, et confondent la raison avec des idées sectaires !

Je plaide avec des arguments et idéologie sans jamais chercher à blaiser une personne, certains reçoivent ma pensée comme des attaques, je dois m'excuser devant eux ?

Je m'excuse solennellement de penser !

Je m'excuse solennellement d'être humain !

Je m'excuse solennellement d'aimer par-dessus tout chercher la raison, la justice et une vraie société, en démocratie.

ATTENTION: ce genre d'idées sont suffisamment graves pour bannir un membre d'un forum


Posté par gramophone à 15:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Su la pensée unique

Ils bannissent un intervenant

Pour juger une opinion il est indispensable d'abord l'impartialité, mais encore il est indispensable de respecter en principe l'opportunité des exposants d'exprimer leurs opinions, une opinion peu alors s'enrichir ou grandir que si elle est fruit de l'affrontement ou principe de contradiction.

Un jugement doit se fonder sur un préalable de confrontation des parties en opposition.

Plaidoyer

Préface

J'étais invité dans un forum, pour participer, avec mon idéologie, sans doute, j'ai donc trouve un nombre limité de forumeurs très confortés et isolés dans leur opinion. Vu le titre évocateur du forum LIBRE EXPRESSION voilà que je trouve convenable changer le titre pour EXPRESSION RESERVE DE DROITE

il y a-t-il des manquements, dans mon discours à des principes basiques, pouvant pousser à la suppression d'un membre, il y a dans mon texte un idée pouvant être déclaré calomnieuse. Par preuve je publié quelques interventions:

Le but de la société

préface

..."Aucune culture ne doit être tenue, comment étant inférieur à la sienne, car le plus petit peuple du fond de la jungle la plus inhospitalière, a le mérite de survivre, bien malgré l''agression que les propriétaires des sciences et technologies les plus innovatrices de la plus moderne des cultures. Ça c''est un exploit digne de respect"...

Le but ultime d''une société est d''établir des dogmes ou méthodes pour permettre à tout être humain de s''épanouir avec ces défauts et qualités.

L''épanouissement des individus, peut se faire à condition de permises. Ces permises doivent éviter toute notion d''inégalité de traitement, par des raisons de différence de religion, de culture ou d''appartenance ethnique.

Il est dommage que la notion de différence soit employée à outrance pour dénigrer, abaisser ou exploiter autrui.
C''est un principe moral ou éthique, le quel un citoyen raisonnable doit s''efforcer d''y tenir.

Cela semble facile et pour tant il est difficile d''adhérer à la pensée d''autrui, sauf si nous avons reçu les outils suffisants dans notre formation (tout au long de la vie) qui se conjuguent dans le mot "sagesse".


Posté par gramophone à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2009

Valeur ajoutée vs Valeur boursière

firts in french and then in spanish

IN FRENCH

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez

vendredi 20 février 2009

Dans le domaine des entreprises, par les temps qui courent. Parmi les de administrateurs, par fortune certains avouent, sans complexe; l'absence de règles d'éthique et dans l'économie moderne.

Il est indispensable faire la part de choses entre la gestion des entreprises production industriel de valeur ajouté et des entreprises de manipulation du capital.

Les patrons de toute la gamme depuis les PME aux groupes bastions de l'industrie, n'ont pas une gestion semblable à celle des patrons des groupes de gestion du marché financière par chance.

La valeur hypothétique, "loufoque" (cotations) des entreprises de production, ne reflète la réalité. L'abus des spéculateurs financières mène à donner des notes de qualification, des entreprises côtés, dans le seul but de déguiser leurs éventuelles gains ou pertes.

PRODUCTION DE VALEUR AJOUTE

Quelques soit le groupe prise; dispose des bien immeubles, des matières premières, des matières en cour, des contrats et des projets. Dans toute opération comptable des "valeur en monnaie".

La bourse, à très court terme (semaines), ces actifs restent stables, la valeur boursière du titre, est déconnectée de la valeur des entreprises. Un groupe industriel de taille ne peu pas perdre 30% de valeur réelle, en trois jours, alors que l'évolution boursière présente des pertes de la valeur d'entreprises de l'ordre supérieur à 30%, pour certaines. Impossible du point de vue matérielle : stock de matières, nombre de salariés, etc., (les entreprises qui continuent à honorer leurs commandes) une production continue de la valeur ajouté donc de capital constant.

PRODUCTION FINANCIERE

Le pseudo production financière, ne génère pas de la valeur ajouté à proprement parler. Car il s'agit en réalité des estimations ou prévisions, sur le prix des matières, et des prévisions, ou spéculations sur la production même.

Le marché des finances, à travers des formules de mathématique, établie le prix à terme. Avec le seule but non pas de créer mais d'obtenir une partie de la richesse. Le marché financier, pompe le capital.

Il est clair que cette fonction s'éloigne de manière vertigineuse d'un but idéal de l'investissement, support de la production matérielle. Avec un pourcentage "raisonnable" de bénéfices.

EN CONCLUSION

Lorsque le taux de rentabilité de la production financière dépasse le taux de rentabilité de la production réelle, nous assistons à un phénomène qui ne pourrait jamais être le reflet de la réalité des relations sociales de production. La seule manière éthique et digne d'avoir des revenus garantissant la cohésion sociale est possible que si la production matérielle reste au moins aussi rentable si non plus que la production ou manipulation financière.

IN SPANISH

Por Nestor Elias Ramírez Jiménez
Viernes, 20 de febrero 2009

En el dominio de las empresas en estos días. Entre los gerentes, algunos admiten la verdad, sin complejos, la falta de normas de ética en la economía moderna.

Es fundamental separar las cosas entre las empresas industriales de producción de valor añadido y las empresas de manipulación del capital.

Los propietarios de toda la gama de empresas hasta los bastiones de los grupos de la industria, no administran por casualidad la producción como los grupos de gestión de mercados financieros.

La hipotético "loca" acotación de las empresas, no refleja la realidad. El abuso de los especuladores financieros conduce a las notas de calificación de empresas, con el único fin de encubrir sus posibles ganancias o pérdidas.

PRODUCCIÓN DE VALOR AÑADIDO

Cualquiera que sea la empresa, tiene edificios, materias primas, materiales en transformación, los contratos y proyectos. En cualquier contabilidad en "relación" un precio o valor.

En la bolsa de valores a corto plazo (semanas), estos activos se mantendrían estables, ahora que el valor de mercado en practica esta desconectado de la realidad del valor de las empresas. Un grupo industrial no puede perder 30% del valor real en tres días, mientras que la evolución de este mercado, muestran pérdidas de empresas de la orden superior al 30%. Imposible desde el punto de vista material, el número de empleados, etc., (empresas que continúan à honorar sus clientes) generando una producción de valor añadido, por tanto, de capital constante.

PRODUCCIÓN DE FINANZAS

La pseudo producción financiera, no genera valor añadido en sí. Porque es, de hecho ante todo, estimaciones o proyecciones sobre el precio de materiales, y las previsiones, o las especulaciones sobre la producción en sí.

El mercado de las finanzas, a través de fórmulas matemáticas, establece los precios futuros. Con el objetivo no de crear sino de obtener una parte de la riqueza. El mercado financiero absorbe el capital.

Es evidente que esta función se aparta de manera vertiginosa del objetivo fundamental de inversión, como soporte de la producción material. Con un "razonable" porcentaje de beneficios.

EN CONCLUSIÓN

Cuando la tasa de rentabilidad de la producción es superior a la tasa de rendimiento financiero, asistimos a un fenómeno que nunca podría ser un reflejo de la realidad de las relaciones sociales de producción.

La única manera digna y ética de obtener ingresos garantizando la cohesión social; sólo es posible, si la producción física es al menos igualmente rentable o mas rentable que la producción o la manipulación financiera.

Posté par gramophone à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2009

bravo ELIE DOMATA


Grève Guadeloupe : Elie domota menace
envoyé par Jarrycafe

Ouvrier en métropole je crois que la solidarité des classes populaires est fondamentale

Lettre ouverte aux leaders syndicaux de France

En tant que citoyen, ouvrier et membre des classes populaires, j'estime indispensable que les syndicats de France décrètent dans une date proche une journée national, avec manifestation en solidarité avec nous frères des îles de Guadalupe, Martinique et La Réunion.

J'envoie aujourd'hui lundi 16 février 2009 ce message aux centrales syndicales de métropole

Vive l'union des classes populaires, Vive l'union syndicale ouvrière, Vive le collectif revendicatif de la Guadalupe, Vive le camarade Elie DOMATA.

La revendication solidaire, la manifestation et la grève restent les seuls moyens d'obtenir la part des bénéfices que le patronat s'octroi avec largesse en détriment du pouvoir d'achat des classes populaires.

Nestor Elias Ramirez Jimenez
ouvrier de la matallurgie dans Yonne en France


Posté par gramophone à 20:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,