21 janvier 2014

ENTOURLOUPE DE LA FISCALITE

Transfert de la fiscalité

Sous la bannière de la baisse des impôts ou la fiscalité des entreprises, dans le but ultime de permettre de créer de l'emploi, par une hypothèse de compétitivité accrue, le gouvernement finira par récupérer l'argent ailleurs, c'est à dire sur la fiscalité des ménages.

 

Le gouvernement fini par adopter de la manière la plus discrète possible vis à vis des classes sociales modestes, une fiscalité de plus en plus supportée par les ménages plutôt que pour les entreprises.

 

Le gouvernement tente par touts les moyens de créer de l'emploi, et pour cela il va tomber dans la tromperie et la force de volonté des organisations patronales.

 

Cette tromperie, se traduit non pas par des chiffres tangibles mais par la simple " évocation " d'une " hypothétique " arrivée de la croissance et donc des embouches.

 

Hors la croissance n'est pas dicté par ordonnance, par loi, dans un pays. D'ailleurs l'industrie des finances, que j'assimile sans la moindre difficulté à des sangsues, ou des parasites, tente d'augmenter les bénéfices, augmentation qui doit tourner à des niveaux de 10 %, 20 % et plus pour-cent de retour sur investissement, de bénéfices qui se font par la voie de la spéculation, en quelques clics, en quelques minutes par fois.

 

La réalité est que l'industrie des finances se trouvant plutôt des-fiscalisée, dans des paradis fiscaux, par la voie des entreprises, fantômes, réussi à rafler plus de 85 % du fruit de la valeur ajouté dans le monde.

 

http://www.youtube.com/watch?v=jKlmv1eDf7g

 

La réalité est donc que qu'une infime minorité de personnes dans le monde ; moins de 3 % sont organisés, et ne vont pas lâcher tant dans leur objectifs qui arrivaient à s'octroyer plus de 90 % du fruit du travail.

 

LA SEULE ET UNIQUE FORME DE CRÉER DE LA RICHESSE SUR LA TERRE RESTE LA TRANSFORMATION DE MATIÈRES, SEUL FORME DE CRÉER DE LA VALEUR AJOUTE,

 

Que l'on arrête de nous faire croire qu'avec moins de 10 % du fruit globale du travail, il est possible de parler de revenu pour les salariés, à volume juste, que l'on arrête de nous parler d'une protection sociale juste, moins encore nous parler de recherche de justice sociale, que les leaders syndicaux et les hommes politiques arrêtent de nous idiotiser, des nous endormir, de nous anesthésier avec des mots, des discours !

 

 

Il faut savoir que le citoyen lambda " en nom pas aucun homme politique " qui en générale sont les mêmes qui nous dépouillent :

 

http://www.syti.net/Organisations/Bohemians.html

 

doit se fixer des objectifs de défense commune de leurs intérêts économique, sociales, acquis obtenus avec le prix de la vie de millions de travailleurs.

Quel chemin prends la France


Tandis que les pays nordiques, appliquent une fiscalité entre 48 et 64% sur le revenu globale (ménages et entreprises), tout en se portant très bien, économiquement et en termes de compétitivité.

L'exemple qui semble gagner du terrain pour l'intelligence en France est celui des USA ou de l’Angleterre deux pays qui font face à une dette externe colossale.

Les règles des entreprises

Il est certains que les règles pour la fiscalité des entreprises, peu être simplifié, mais reste curieux que le vraie problème reste soigneusement tenu à l'écart

Car le seule problème de l'économie " globalisée " reste la concentration de bénéfices à hauteur de 90 % de la richesse mondiale, biaisée par les société écran, ou société faîtières, ou société portefeuille, que l’intelligence se plaît à appeler des holdings, le vraie problème de l'économie " globalisée " reste l'évasion fiscale par les grande entreprises que Eva Jolie en étant juge aura découvert qui par des moyens mise à leur service par le lobbing sous forme de fiscalité favorable, Des dites TRURST avec des niveau de fiscalité de 8 %!

Monsieur le président FRANÇOIS HOLLANDE, tente donc de s'exprimer avec l'autorité qui le suffrage universel lui aurait confié, surtout quand il aura dit de manière (critiqué de mal adroite) trompeuse ? Que l'ennemi été l'univers des finances ! Voilà pour quoi beaucoup des français auraient voté pour lui.

 

Par Netor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit gramophone

Joigny mardi 21 janvier 2014

 

Posté par gramophone à 11:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 janvier 2014

Pour quoi la misère doit accroitre

Pour quoi le pouvoir d'achat n'augmetera

jamais assez?

 

Pour quoi la misère doit s'accroitre

d'avantage?


Pouvons nous parles avec la main dans le cœur?
Pouvons nous demains nous raser en nous regardant dans la glace?

Allons il faut nous dire les choses en face !

J'ai déjà observé, quoi ? 10 % de certains réalités économiques ? Sans doute moins !

Voilà que touts les jours à Londres circule quatre fois le PIB de la France en marché de devises !
Voilà que par les paradis fiscaux circulent 90 % des riches de la terre !

Voilà que 3 % des gens sur la terre tel des sangsues accaparent plus de 90 % du fruit de la valeur ajouté !

Ça ne vous dira rien ? Curieux à moi, simple ouvrier, immigré, illettré, incapable de faire suivre deux mots dans une phrase de votre langue cela me parle !

Car la valeur ajouté, si nous regardons en vraies économistes, non pas sous la définition des gens qui travaillent à la bourse ou dans des banques du genre Goldman Sachs spécialistes de la spéculation, non ! Sous la définition étymologique d'économie, faire le maximum avec le minimum de dépenses ! Faire le maximum pour éduquer, faire le maximum pour produire, faire le maximum pour l'harmonie sociale, contre le dumping sociale, contre la délocalisation, ou cette affreuse mondialisation !

Parlons donc sans hypocrisie, voulez-vous ?

Tu sais pour quoi? Parce que je pense à des milliers de pauvres, de misérables ouvriers, qui un jours, auraient sacrifié leur vie, pour des avancées, pour des acquis sociaux

Des acquis sociaux que les néo-libéraux sacrifient dans l'autel de la cupidité ! Pendant que ceux qui seraient sensés nous défendre les leaders politiques et des syndicaux, font le dos rond ! Les salauds

Je sais, j'ai l'intime conviction que tandis que les salaires des plus grands patrons ont progresse de 500 % aux USA, le pouvoir d'achat des pauvres aura plutôt régresse, mais pas qu'aux USA !

Je sais, car j'ai déjà passé des heures, sur des tableursà faire des graphiques parce que les chiffres sont dispersés, pour arriver aux mêmes conclusions que Miret Saki, Etienne Chouard, Antoine Peillon, Pierre Pean, ou encore Edouard Tetreau, dans une liste non exhaustive.

Bien entendu que lorsque j'ai visionné LET'S MAKE MONEY ou encore LA CITY OU LES FINANCES EN EAUX TROUBLES, j'avais  en fin des moyens de rendre publiques non pas mes idées mais les idées des gens, des informations que venant de moi, simple ouvrier immigré, illettré, ignare ne pouvaient jamais être prise pour valables !



http://www.dailymotion.com/video/xazgpq_let-s-make-money-part6_news

Bien entendu que si nous avons envie d'un changement, il est impossible pour la France qui serait isolé face à la politique dictée par LA CITY à Londres depuis des siècles ! Bien sur que la France tente de copier mal que bien les méthodes des USA ou de l’Angleterre, ou de l'Allemagne !

Bizarre personne parle des régimes des cotisations en Suède, en Norvège en Finlande je cite :

C’est au Danemark que le financement par l’impôt est le plus important (64 % du total contre 46 % en Suède et 43 % en Finlande).

Ce sont des pays qui s'en sortent curieusement bien pourtant !

http://www.cairn.info/revue-francaise-des-affaires-sociales-2003-4-page-529.htm

Car Angleterre et les États-Unis ont des dettes externes bien plus lourdes, malgré quoi, par un jeux d'écritures, des experts faussaires arrivaient bien sur à faire croire n'importe quoi !

Posté par gramophone à 23:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Contre des idées reçues: Extrême droite ou Extrême gauche?

Je risque comment à l'habituel de froisser quelques notions et autres idées reçues

 

Un ouvrier avec un QI moyen n'a absolument rien a faire chez le FN !

 

Sauf s'il n'a vraiment jamais appris à lire, car il suffit de savoir lire pour comprendre !

 

En même temps je comprends que touts les morts de la classe ouvrière n'étaient pas nécessairement de la famille de monsieur et madame tout le monde, mais quand même, je demande un minimum de respect de leur mémoire et de l'histoire !

 

Face à face entre les extrêmes ?

 

Avant d'apporter le moindre commentaire !

 

Il me semble fondamentale un regard beaucoup trop large vis à vis des esprit (excusez-moi de peu) beaucoup trop étriqués, puisque nous sommes en trant de tenter de comparer le blanc plus blanc avec le noir plus noir. Façon de parler ! Mais zut à la fin !

 

L'histoire, quoi faire de l'histoire ? La cantonner à des écrits poussiéreux dans des livres ?

 

Quel fichtre !

 

C'est quoi la gauche !

 

La gauche dans ses racines profondes, comporte beaucoup de sang des mineurs, des travailleurs, la gauche est fondée sur des milliers de cadavres déjà il faut penser à 1791 avec le décret d'Allarde qui donne un coup fatal aux syndicalisme, par chance la loi Le Chapellier trois mois plus tard restaure le droit. Comment oublier Le Livret Ouvrier !

 

Le patronat aura bien voulu, punir pour toujours le moindre écart des ouvrier, car en 1806 ils sont à l'origine du Conseil de Prud'hommes, en 1831 avec les canuts, " Vivre libres en travaillant ou mourir en combattant "

 

La gauche c'est celle qui s'oppose à Guizot et sa politique, d'augmentation du coût de la vie, pendant une crise financière, qui crée déjà du chômage en 1848 d'où naissent des avancées considérables en matière du droit du travail : journée de 10 heures à Paris de 11 en province.

 

Rétablissement de la liberté de presse et de réunion, etc. Comment oserait-t-on oublier ces longs jours entre le 18 mars et le 28 mai 1870 ?

 

Le 1er mai 1890 avec l'exigence de la journée de 8 heures ! Les sacrifiés de Courrières plus de 1000 en total pour avoir le repos hebdomadaire !

 

Pouvons nous faire semblant d'oublier les faits sanglant de Carmaux 1892 et la position de Jean Jaurès ?

 

Mais les luttes sont trop nombreuses, pour tenter de les énumérer, ailleurs dans d'autres pays, le prix se compte de milliers d'ouvriers sacrifiés ! Pour une cause, la cause de la classe ouvrière !

 

De nous jours, je dois avouer que j'ai honte, de voir des ouvriers, comment moi, (car je suis un ouvrier qui travail dans une usine) qui semblent ignorer la réalité, confondre la réalité parce qu'une personne vienne leur dire qu'elle est avec eux ? Il faut, a mon humble avis, se ressaisir messieurs, dames, pour en fin trouver le vraie chemin, s'identifier avec une vraie vision de classe sociale, que des bourgeois tentent par touts les moyens, d’effacer ! Mais quel manque de courage ! Quel manque de respect de tant des nôtres morts !

 

C'est quoi l'extrême droite ?

 

C'est un mouvement qui naît et se montre très virulent à l’encontre de la politique anticolonialiste du Général De Gaule dans les années 1958 et suivants. Les fondements du FN se font sous l'égide de François Duprat, sans oublier Alain Renault, avec des idées semblables aux idées de Patrick Buisson à l'encotre du communisme.

 

Quelques notes pour aller plus loin ?

 

http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2013/04/19/manif-pour-tous-quand-les-vieux-reseaux-oas-sen-melent/

 

S'il vous plaît !

 

Je vous en supplie !

 

L'extrême droite et l'extrême gauche, sont deux groupes très différents !

 

Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit gramophone

Joigny dimanche 19 de janvier 2014

Posté par gramophone à 22:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2014

העקרונות או כללים להצלחה

Observations impartiales

dédié à mon très cher ami Sébastien

 

Long temps je me suis demandé à quoi pouvait bien servir certains mots tels que la mesure, l'impartialité ?

 

J'ai donc fini pour comprendre, au but de plus de trente ans, que nous sommes une sorte de magasin, à niveau de notre conscience.

 

De la même manière que nous voyons dans le magasin une serpillière absolument blanche, notre conscience à la naissance est non pas vide puisque une grande partie est là, matériellement, fonctionnellement, mais presque propre.

 

Avec les années, l'éducation, l'intération avec les gens, proches, les parents, la famille, cette sorte de magasin, se rempli.

 

Difficile admettre qu'il soit possible de conserver la fameuse serpillière aussi propre qu'à notre naissance.

 

À l'usage, de touts les jours, dans notre interaction avec le monde, la serpillière ou magasin, vont supporter des changements, l'usure, les peines, les chagrins, les moments de joie, etc.

 

Puis pour certains avec le temps, arrive comment une clarification une sorte d'épuration, dans les idées et dans le comportement, nous pouvons pour ainsi dire que nos idées vont s'assainir. Cela étant, il est constaté une différence majeur entre le comportement féminin et le comportement masculin.

 

Sans que cela soit une généralité ! Dès l'âge de la puberté, l'adolescence le genre féminin semble atteindre des niveau plus prononcés de maturité. Vienne alors jouer ici un rôle majeur l'influence du milieu : milieu socioprofessionnel, milieu éducatif, environnement familial ;

 

Dans un cadre d’interaction permanente entre la personne et sont environnement, se forme notre caractère, notre personnalité. Sans qu'il soit possible d'affirmer dans quelle proportion, le comportement est déjà construit à la naissance et quelle mesure il est modelé par la relation avec l'environnement dans lequel la personne se développe. Nous connaissons des études scientifiques nombreux qui abordent des sujets intimement liées à ce que nous pouvons nommer l'intération entre la personne et sont milieu.

 

La personnalité

 

À la lumière des travaux d'un nombre toujours croissant de personnalités ( celui de l’épistémologie génétique de Piaget, Idées modernes sur les enfants ou l’Étude expérimentale de l'intelligence d'Alfred Binet, l'Exposé des titres scientifiques de Charcot) sans oublier l'apport monumentale de Consuelo (ma professeur de psychologie à l'Université Technologique de Pereira en Colombie, dans une liste ici non exhaustive, je doute toujours d'une seule et unique théorie qui puisse à elle seule expliquer le comportement ou la personnalité.

 

Malgré cela, au risque de montrer un chemin, qui puisse être interprété comment étant celui de la facilité, où celui de qui tenterait la sortie par la voie du moindre effort. Quelque chose me pousse à croire que la personnalité est une sorte d’agrégat ou amoncellement, qui pourrait être en partie chaotique ou bien plutôt structuré, en somme d'un côté l'ensemble des expériences, autant avec des résultats satisfaisants que désastreux.

 

La où il me semble fondamental faire la différence, raison clé du présent texte, réside dans la particularité qui donne plutôt de la réussite à une partie de la population et plutôt de l'échec à une autre partie des gens. Sujet qui va inspirer un titre qui sait ? D'un livre ? Non ! Ce serait plus que de la pédanterie et la vanité plutôt du plagie.

 

Oui car en grande partie j'adopté le pseudonyme de gramophone, parce que je ne dispose d'aucune connaissance qui soit issue de ma création, mais je suis une sorte de miroir. Je crois que j'écris surtout pour tenter d'apprendre par la répétition, une langue que j'ai du adopter, non sans difficultés, non sans un certain plaisir " sadomasochiste " à une âge plutôt tardive, vers mes trente ans. Langue que j'ai toujours d’énormes difficultés à utiliser encore et encore.

 

Titre : La stratégie pour réussir

העקרונות או כללים להצלחה

 

מקדים

 

אנחנו צריכים ללמוד לאורך כל החיים של אבל באחד הימים

משום שחסרה לנו מודעות

עקב העודף של הגאווה

זה אפשרי, כי זה קורה מאמינות לא צריך עצה.

במשך שנות לקח את הזמן כדי לבחון את התנהגות אנושית.

לכן, רואה, אנשים מצליחים, ואחרים נכשלים

 

הוא לאחר מכן, אז אנחנו יכול לבנות, אולי לא התאוריה, לפחות, מסקנות.

 

אתה צריך לעבוד קשה מאוד, עם asiduité המרבי. ביסודה בתקופת הילדות ובגיל ההתבגרות שלנו

 

כמובן שזה הגיל של חוסר הכרה שבו ההורים יהיו החובה לפקח ולאכוף על אורח חיים בריאים, להטיל הקפדה מקסימלית.

הכישלון או הצלחה האישית ומקצועית, ולאחר מכן במידה רבה את האחריות להורים.

 

 

Principios o reglas para el éxito

Preámbulo

A lo largo de la vida, tenemos que aprender, pero un día, debido a la falta de conciencia, debido a un exceso de orgullo, es posible que a veces decidamos que no necesito consejos.

Durante años me tomé el tiempo para observar el comportamiento humano. Así ver como las personas tienen éxito y otros fracasan.

Es entonces, que podemos construir, tal vez no una teoría, por lo menos, las conclusiones.

Tienes que trabajar muy duro, con una asistencia máxima durante nuestra infancia y adolescencia.

Por supuesto, es la edad de la inconsciencia en que los padres tendrían la obligación de supervisar y aplicar un estilo de vida saludable, imponer un rigor máximo.

El fracaso o el éxito personal y profesional es entonces la responsabilidad en gran medida de los padres.

Posté par gramophone à 09:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2014

MÉDIAS CONSTATS ET DANGER

Constats et danger

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit gramophone

Joigny dimanche 12 janvier 2014

 

Nous pouvons remarquer que le citoyen lambda repousse ou évite par conditionnement tout sujet sérieux sur la réalité ; alors qu'il est avide, gourmand des sujets banals.

 

Pour un citoyen lambda il est beaucoup plus important lire CLOSER, VOICI ou regarder la télé poubelle que des médias d'information spécialisé.

 

Ainsi nous arrivons à des vraies cartons en audience pour THE VOICE, et une audience du point de vue comparatif " ridicule " pour des émissions du genre "Preuve par trois "

 

AUDIENCETVFR2013

 

Le danger se traduit par une gestion nocive de la politique globale, phénomène qui dépasse même les frontières nationales, puisque par cause de cette INDIFFERENCE INDUITE, nous sommes gouvernés non plus à niveau des villes, département ou régions, non pas à niveau des pays, mais les principales décisions en matière économique sont prise par des nébuleuses dans l'industrie financière à la taille du monde.

 

Posté par gramophone à 06:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]


09 janvier 2014

Dans la course pour la mairie de Paris

Discours pitoyable dans la competition pour la mairie de PARIS

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit GRAMOPHONE

Jeudi 9 janvier 2014

 

Dans la concurrence pour la mairie de Paris, avec un écho semé volontairement par les médias, j'entends comment recours majeur une allusion hypocrite à la fiscalité. Aura-t-elle la droite mieux fait avec une augmentation de plus de 600 milliards de dette pour la France ?

 

Je retrouve l'idéologie de droite dans les priorités !

 

Chargé de mensonge, vanité et hypocrisie ! Dans la page officiel en tout premier quoi ? Police, en plus créer ? La police de proximité ? Dépoussiérer une idée de la gauche ! La vidéo, une pratique commune pour cette idée issu des diagnostiques biaisés par l'idéologie : puisqu'il faut d'abord combattre la paupérisation, dans des pays du tiers monde, qui sont la cause de la croissance de la délinquance dans les grandes métropoles au monde. Puis encore plus pitoyable s’intéresser à la mendicité ! Voilà que les parisiens, bourgeois seraient donc drôlement séduits par ce genre de priorités !

 

Les parisiens! Les autres, les classes moyens, voudraient avoir une ville à l'air plus propre, une ville au trafique plus fluide, une très belle ville, que d'ailleurs est l'objet de visite de milliers de touristes !

 

Si la ville de Paris aurait cette image " absurde " d'insécurité ? Elle n'aurait autant de visiteurs !

 

Je trouve une fois de plus la griffe du ridicule des idéologies de droite, qui voudrons une fois de plus imprimer à la politique de la ville des priorités TRÈS LOIN des véritables besoins.

Posté par gramophone à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pour un cliché sur twitter

Voilà qu'en émigré

une âme qui soufre

vous sorte un bigre

en forme de tartre

au lieu d'un concentré

à la manière d'un astre

 

interprété au sistre

je voudrais mettre

non pas une dartre

je ne peu pas omettre

que c'est le théâtre

cette photo sur twitter

Posté par gramophone à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2014

Le gibier facile des faux prophètes

Politique et publicité

 

Par NESTOR ELIAS RAMIREZ JIMENEZ dit gramophone
Joigny mercredi 8 janvier 2013

Le Français n'étant pas ma langue maternelle, je dois avouer humblement que j'admire certains personnes aux quelles j'en suplie de la bienveillance, j'offre mon texte à des personnes emérites du genre Bernard Pivot.

 

Les médias et la publicité ont fini par transformer la politique en un produit commerciale.

 

Il est naïf, absurde faire porter le chapeau, de cette réalité exclusivement aux médias.

 

 

L'homme ou la femme politique modernes par la plus part auraient assimilé l'importance du pouvoir médiatique sur le résulta électorale. Les médias devenant un outils, un vecteur, auraient en contrepartie perdu leur âme.

 

Influence et manipulation

 

 

Les personnalités politiques, les médias et ou les journalistes ne peuvent pas non plus être les seuls responsables du chamboulement ou la fragilité avérée des consciences.

 

Si les consciences peuvent être manipulés, il y a deux raisons à cela d'une partie le pouvoir indiscutable des campagnes médiatiques, appuyés par un travail consciencieux des sciences tel que la psychologie et ou la neurologie. De l'autre côté force est de constater qu'il est indispensable la présence des consciences faibles.

 

L'éducation

 

L'éducation doit porter une grande partie de responsabilité, au défaut justement l'absence d'éducation.

 

La cohésion d'une zone géographique, ainsi celle-ci soit nommée une nation ; est le fruit d'un nombre de facteurs ou de variables, où la langue est un élément transcendantale.

 

Certains pratiques semblent indispensables à la cohésion et l'intégration des peuples, par exemple le service militaire, très efficient lorsqu'il compense un manque constaté d'éducation. Car pendant le temps que les jaunes gens, sont soumis à des contraintes et limites, c'est aussi une période profitable à l' apprentissage des notions d'éthique, d'honneur, de morale pour des jaunes gens, qui sans cette activité, seraient exposés au risque d'avancer en lisière du comportement civique idéal, voir même tomber par oisiveté dans des dérives qui conduisent à l'engorgement des tribunaux et des prisons.

 

Une conscience frêle

 

De toute évidence sans une éducation solide, les jeunes gens, sont le gibier facile des faux prophètes, des gens manipulateurs, et en général deviennent des esprits type patte a modeler. C'est ainsi que des gens comment ALAIN SORAL, et toute personne sympathisant avec certains discours peuvent prospérer. Discours contraires aux fondements de la constitution et ou de la déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen,

Posté par gramophone à 23:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2014

la conscience et l'évolution des peuples

Généraliser et individualiser

 

Voilà deux mots à l'opposé, qui sont inscrit ici dans le seul but de limiter ou projeter la porté des idées à travers des textes.

 

Le comportement

 

Puisque les humains " nous "  sommes différents, tenter d'échafauder des règles, ou constantes sur le comportement serait risqué, cela dit certains comportements semblent courants sans y être pour autant une constante.

 

Indépendance de la femme

 

La société où la femme est plutôt confiné aux tâches ménagères, c'est à dire en restant à la maison. Arrive presque de manière mécanique un nombre d'enfants qui fini par peser dans une éventuelle tentation de casser l'union. Inversement lorsque la femme acquière sont indépendance par le biais d'un emploi, (fait logique et possible de préférence à condition que la femme avant d'être adulte, aurait profité pour obtenir un diplôme) car les emplois de niveau SMIG n'autorisent par un niveau d'indépendance suffisamment confortable.

 

Éducation et culture

 

L'éducation ici est une sorte de clé de l’indépendance ou de la liberté des femmes suivi d'un emploi.

 

Avec le passage du temps, les nouvelles générations de femmes, et d'avantages pour celles ayant reçu des nivaux d'éducation supérieure ; il est constaté une tendance croissante à la présence des mères célibataires, augmentation des divorces et des séparations, 85 % des occupations des tribunaux en France, correspondraient aux affaires familiales. L'institution du mariage, sur laquelle semble reposer en grande partie l'harmonie sociale, (un couple, double responsabilité au foyer, avec une meilleur éducation des enfants, sans tenter de stigmatiser les mères célibataires, comment des foyer où les enfants auraient donc tendance à tourner mal).

 

La conscience, la culture, la soif de réussir, des nouvelles générations sont atteintes d'un virus (ou de diverses maladies?) L'éducation, doit supporter des vecteurs qui sont en concurrence en matière de motivation.

 

Les nouvelles générations, très connectés, très en réseau, vivent dans un univers qui vienne attaquer au socle même de certains notions, basiques du genre harmonie sociale, la valeur de la vie humaine, les droits et devoirs des citoyens. Des notions du genre, valeur d'usage, le respect, l’honneur, sont très vite effaces du lexique des jeunes gens.

 

Les faits divers, nous montrent ici et là, des événements, où semble avoir disparu la notion d'humanité : quand un mineur de 14 ans entre dans un établissement d'éducation, et tue des enfants, des éducateurs, Nous ne sommes pas très loin de l'environnement de certains jeux, que les parents autorisent à leurs enfants de jouer dans leur consoles rutilantes, dernière modèle alors que le niveaux de revenu, reste modeste.

Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit gramophone

Joigny lundi 6 janvier 2014

theLastOfUsa

Posté par gramophone à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2013

Les apparences sont trompeuses

Les apparences sont trompeuses

 

Il est vraie que j'ai déjà abordé à plusieurs reprises, différents sujets sur la réalité, la vérité, les médias, la mode, la beauté, etc., mais il est surtout vraie que quatre siècles avant notre ère, Platon avait déjà abordé de manière magistrale le sujet :

 

http://www.philocours.com/cours/cours-platon.html

 

Nous verserions donc de manière récurrente dans le plagiat ? À vraie dire, oui, nous ne pourrions découvrir pas grande chose en matière de philosophie, ou même dans le domaine des sciences sociales ; si nous prenions la peine de lire tant des œuvres qu'il existe dans le domaine des sciences.

 

Ce que l’œil observe est donc une matière que le cerveau utilise dans la conception, dans la fameuse appréhension de la réalité, de manière logique, les faits et choses restent donc inchangés, c'est une sorte de lecture qui font nos sens de l'objet, la chose ou l'être donc nous prendrions tout juste des caractéristiques, des aspects, des impressions pour que notre cerveau construise une image, une copie, qui dès lors existe sous forme d'idée chez nous.

 

Sachant donc que notre conscience ne détienne pas la réalité, mais une idée, une apparence de celle-ci, il me semble impossible de m'aventurer à dire que je connais la réalité, car j'ai tout juste une idée partielle de celle-ci.

 

L'apparence, l'enveloppe, physique d'une personne, à la lumière de ce qui se trouve écrit ici dessous, ne peut pas être donc une vérité, une réalité fiables, mais simplement un aspect fragmentaire.

 

Une personne n'est tout juste un enveloppe de chaire, la peau, la silhouette, une personne vu tout juste ainsi, ne pourrait pas être considérée comment la personne elle-même. D'autant plus qu'elle est observée tel un cliché, à un moment court.

 

Un être, ou un objet, ne peu pas se résumer à l'observation courte de sont enveloppe, de sa peau, de sa silhouette, car voilà que cela est rien d'autre que des apparences, d'une valeur pas vraiment fiable.

 

Nous jugeons une personne par sont aspect physique, pour lui donner un qualificatif de laid ou de beau ; même le mannequin, la femme la plus parfaite, celle que toutes les agences de mode, les magazines peuple s'arracheraient pour présenter et augmenter leur ventes, sans doute avec toutes les qualités intrinsèques indispensables pour la profession. Même en étant défini par extension à l'unanimité comment une femme belle, reste belle qu'un temps, relativement court à l'échelle de l'âge de la terre, par exemple, (nous les humains nous avons un cycle standard de naissance vie et mort) et biologique-ment, physiquement après la mort, nous aurions à quelques différences mineures de près, des ossements tout à fait similaires. Autant qu'à la conception nous étions que du sperme, de composition semblable.

 

La beauté de la peau, reste donc une qualité éphémère, il serait ridicule, puéril à mon sens de se fixer lorsque nous voyons un être humain, en l'espèce, une femme, que dans sont apparence.

 

Par contre de la même manière que l'enveloppe charnel est secondaire, autant est secondaire, certains nombre de ce que nous pourrions ordinairement de-nominer sous le nom générique de défauts, sou posons que nous voulons rédiger ensemble une phrase : " très a l'aise avec les tâches ménagères " Hors la femme idéal, la femme pour qui nous aurions de la vénération, verseau même de l’idolâtrie incommensurable de notre part ; viendrait tenter de modifier cette phrase ; exemple elle la trouve éloigné de sont goût et ses connaissances grammaticales, d'abord elle peu reprocher l'usage du mot aise pour designer l'envie d'une personne de souligner sont envie d'assumer une activité, " ici " les tâches ménagères, avec un tout petit peu d'argumentation nous pouvons lui faire admettre le mot aise, puis elle voudrai, nous prouver sans doute, sont niveau de connaissances grammaticales en demandant de modifier par la suite la phrase, à niveau du mot " avec "  à sont goût trop mal placé dans la phrase, une fois de plus avec des arguments nous pouvons lui faire admettre, le mot, elle finirait pour nous dire que elle préfère la phrase " alaise avec toutes les tâches ménagères " nous pouvons encore intenter de lui faire comprendre qu'il y a un goût de pléonasme dans sa phrase puisque du moment que nous adoptons le pluriel " les tâches " toutes serait un mot superflu. Nous venons là, de connaître, un combat, ou sorte de joute verbal, entre deux êtres, d'un côté moi l’idolâtre, de l'autre côté une déesse, une femme merveilleuse, délicieuse, pour qui nous serions capables de nous agenouiller à leur pieds, et qu'en acceptant une telle échange, nous offre par le son de sa voie, par la beauté de sont regard, par la perfection de ses formes, pendant un moment, la joie, la chance de partager quelques moments. Elle reste par sont opiniâtreté encore plus merveilleuse, encore plus adorée. D'ailleurs lorsque l'on vénère un être, même ses défauts deviennent des qualités.

 

La beauté reste non pas celle d'un moment, non pas celle d'une silhouette, mais la somme de nombreuses, qualités avec aussi des défauts, que lorsque nous aimons, soit deviennent (les défauts) invisibles soit des qualités aussi. l'imperfection alors passe au plan secondaire, puisque nous n'aimons pas l'être que pour sa maîtrise de la grammaire, de la langue, comment nous ne pouvons pas l'idolatrer que pour l'aspect de sa silhouette non plus, c'est une ensemble qu'il faut admettre où qualités et défauts vont ensemble.

Posté par gramophone à 03:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]